Maroc: A Taza, les traditions ramadanesques résistent au temps

Taza — Les familles tazies veillent, chaque année, à accueillir le mois de Ramadan dans le respect des traditions ancestrales transmises de génération en génération, d'autant plus que ce mois béni favorise la spiritualité, la convivialité et l'attachement aux us et coutumes.

C'est ainsi que le Ramadan offre une belle opportunité pour les familles pour revisiter les coutumes locales qui résistent au temps malgré les mutations sociétales. Pour les femmes tout particulièrement, ce mois est l'occasion de montrer leur savoir-faire culinaire et de préserver des traditions jalousement gardées.

A Taza, les préparatifs commencent à la mi-Chaâban au cours duquel les familles s'approvisionnent en denrées alimentaires et en aliments pour préparer tous les délices, surtout que l'ensemble des marchés de la ville se mettent à l'heure du Ramadan et vivent au rythme d'une dynamique inhabituelle pour répondre aux besoins des clients. Parmi ces marchés, celui dit "Al Qobba" qui constitue le cœur battant de la médina de Taza et son centre commercial, économique et historique.

Entre autres traditions, il y a en une qui distingue Taza des autres villes du Royaume. Il s'agit de l'installation sur les toits, par les femmes, de drapeaux blancs juste après l'annonce de l'avènement de Ramadan.

Par ailleurs, les femmes mettent les bouchées doubles pour préparer tous les délices à base de produits de terroir locaux pour que la table du ftour soit garnie et colorée en toutes sortes de mets, dont la célèbre Harira, la Chabbakia, les Sfouf, les crêpes et le Msemen, sans oublier toutes sortes de dattes. Les Tazies veillent à ce qu'elles font goûter à leurs voisines leurs préparations, ce qui reflète le sens de partage et de convivialité qui marquent le mois de Ramadan dans cette ville réputée pour son ancienne médina riche en histoire et civilisation.

L'aspect vestimentaire est également important à Taza pendant ce mois, au cours duquel femmes et hommes préfèrent porter l'habit traditionnel, dont les djellabas, les caftans et les babouches.

Les enfants qui jeûnent pour la première fois ne sont pas en reste. Des habits traditionnels leur sont offerts à l'occasion.

Et pour que le Ramadan se passe dans de bonnes conditions, les autorités, elles, redoublent de vigilance. C'est ainsi dans le cadre du suivi de la situation d'approvisionnement des marchés et du contrôle des prix des matières de grande consommation, les services de la préfecture de la province de Taza se réunissent régulièrement pour s'assurer du respect par les marchands des règles en ce qui concerne la qualité, l'hygiène et les prix des produits. Des comités ont été créés dans ce cadre pour mener à bien ces opérations de contrôle.

En raison de la situation épidémiologique, liée à la pandémie de Covid19, ces comités, composés des représentants de la division des affaires économiques, du bureau communal d'hygiène et de l'Office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires, sont également chargés de veiller au respect par les commerçant des mesures préventives pour limiter la propagation du virus. Et les premiers contrôles sont rassurants.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.