Algérie: Ramadhan - Entre renforcement des mesures sanitaires pour des pays et allègement pour d'autres

Alger — Le mois sacré de Ramadhan est encore une fois observé cette année par les Musulmans dans un contexte particulier lié à la pandémie de Covid-19 entre renforcement des restrictions sanitaires pour des pays et allègement des mesures pour d'autres avec notamment la réouverture des Mosquées en respectant la distanciation sociale.

En Algérie, qui a enregistré un net recul de la propagation de l'épidémie et une situation stable, la Commission ministérielle de la Fetwa relevant du ministère des Affaires religieuses et des wakfs a annoncé l'ouverture des mosquées concernées par la prière du vendredi et des cinq prières pour l'accomplissement de la prière surérogatoire des Tarawih durant le mois de Ramadhan, à condition de ne pas dépasser les 30 minutes, insistant sur le respect du protocole sanitaire.

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a adressé, lundi soir, ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan, l'invitant à davantage de vigilance et de prudence et au respect du protocole sanitaire lié à la pandémie de Covid-19.

"Louanges à Allah qui nous a gratifiés, cette année, d'un recul de la propagation de la pandémie et d'une situation stable. Aussi, les efforts du personnel soignant et la prise de conscience par les citoyens ont-ils permis la réouverture des mosquées aux fidèles, notamment pour l'accomplissement de la prière des tarawih dont nous avons été privés l'année dernière du fait de la large propagation de la pandémie", a indiqué le Président de la République.

En Tunisie, le Premier ministre Hichem Mechichi a annoncé que les autorités demeureraient "intransigeantes" en termes de contrôles, et le gouvernement a dû faire marche arrière sur l'allongement du couvre-feu sanitaire et revenir à un couvre-feu à 22H00 locales et non 19H00. Les rassemblements privés et publics restent cependant interdits. M. Mechichi, a appelé à mieux respecter la distanciation physique et le port du masque.

En état d'urgence sanitaire depuis la mi-mars, le Maroc, qui observe mercredi son premier jour de jeûne a imposé de nouvelles mesures dont l'interdiction des prières après la rupture du jeûne dans les mosquées, outre un couvre-feu nocturne décrété entre 20H00 à 06H00 à compter du premier jour de ce mois de Ramadhan, l'un des cinq piliers de l'islam.

L'Arabie saoudite, qui avait suspendu en mars 2020, la "Omra", en raison de la pandémie, a annoncé que seules les personnes vaccinées contre le virus seraient autorisées à effectuer ce petit pèlerinage qui commence à partir du début du Ramadan. Aussi, le nombre total de fidèles à Médine sera limité à 60.000, contre 350.000 habituellement. L'an dernier, les prières dans les deux villes saintes, Médine et La Mecque, ont été suspendues.

En Egypte, les prières seront autorisées dans certaines mosquées et diffusées en direct à la télévision, tandis qu'au Liban, ceux qui veulent se rendre dans les mosquées, qui ne pourront accueillir que 30% de personnes par rapport à leur capacité, doivent s'inscrire sur une plateforme. Le couvre-feu commencera à 19 heures au Liban, les tentes d'iftar et les banquets traditionnels sont proscrits.

Ce pendant, au Qatar, les autorités ont ordonné que les prières pendant le mois de Ramadhan soient effectuées à domicile, tandis qu'en Syrie, où le conflit est entré en mars dans sa dixième année, le gouvernement n'a pas annoncé de nouvelles mesures ni de couvre-feu, alors qu'en Jordanie, il n'y a ni rassemblements familiaux, ni prière à la mosquée après l'iftar (le repas quotidien de rupture du jeûne, ndlr).

En Indonésie, le gouvernement a autorisé cette année les prières du soir pendant le Ramadhan, mais l'accueil est limité dans les mosquées à 50% de leur capacité, les fidèles devant être masqués et apporter leur propre tapis de prière, tandis qu'en Malaisie, l'Etat du Johor a autorisé les tarawih au sein des mosquées, sans limitation de personnes.

Par ailleurs, le Conseil suprême des musulmans du Kenya (SUPKEM) a appelé la communauté musulmane du pays à se résigner aux mesures restrictives imposées par la pandémie de Covid-19, prises avant le ramadhan, conseillant également les imams et les fidèles des comtés où le couvre-feu est fixé pour 22h00 de "terminer leurs prières à 21h30 exactement".

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.