Congo-Kinshasa: La FAO engagée pour soutenir le processus de l'élimination de la rage

L'hôtel Pullman de Kinshasa a abrité vendredi dernier, les travaux de l'atelier national sur le plan intégré de lutte contre la rage selon l'approche « Une Santé » en République Démocratique du Congo qui a démarré le 29 mars dernier sous l'initiative du ministère de Pêche et Elevage avec l'appui de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO).

Cette cérémonie de clôture tenue par vidéoconférence et en présentiel, s'est articulée autour de quelques points notamment, le rapport de synthèse de l'atelier ; la présentation du bureau du groupe technique multisectoriel de travail sur la rage ; les mots du représentant de la FAO, de la plateforme « Une santé », Ministère de la Santé et du Ministère de Pêche et élevage.

Il était question, durant ces deux semaines de travail acharné, de doter la République Démocratique du Congo d'un plan d'élimination de la rage à l'horizon 2030, et de mettre en place selon l'approche « une santé » un véritable état-major, mieux un contingent de soldats contre la rage regroupé au sein du groupe technique multisectoriel de travail contre la rage.

Ce groupe technique aura pour mission de suivre la mise en œuvre de ce plan et de contribuer activement à bouter hors des frontières cette maladie 100% létale, rapporte le message du représentant de la FAO en RDC empêché.

Résultats obtenus

Au regard des activités consacrées à l'élaboration du plan d'action intégré de la lutte contre la rage selon l'approche « Une santé en RDC », les résultats suivants ont été obtenus : "le soutien du Gouvernement lors de l'ouverture et de la clôture a été positif ; la présence assidue des participants a été observée ; le développement de communication ou de présentation sur la rage a été assuré ; un diagnostic sans complaisance d'une évaluation sur la rage a été posé ; les autorités responsables pouvant menées les activités planifiées ont été identifiées ou ciblées".

A en croire ce rapport, la durée de chaque activité a été déterminée ; les outils de travail ont été présentés et conclus, ce qui a permis, par cet exercice de simulation, d'estimer le coût pour la couverture vaccinale d'au moins 80% de chiens pendant les treize années qui vont suivre avec un montant d'exécution de ce programme se chiffrant à 33 millions de dollars américains. Enfin, la proposition de la progression de programme d'élimination de la rage a été également évoquée.

Présentation du groupe technique multisectoriel de travail sur la rage

Vu la nécessité, les différentes parties prenantes à cet atelier ont créé le groupe technique multisectoriel de travail sur la rage. D'après le Dr Nadège de la plateforme « Une Santé en RDC », les groupes techniques multisectoriels de travail sont des organes opérationnels à la fois proactifs et réactifs pour traiter des questions bien spécifiques de santé.

Pour ce faire, il a été mis en place un bureau et des membres. Dans le bureau, la Présidence sera assurée par le Comité de Coordination « Une Santé » ; la 1ère Vice-présidence par le Ministère de Pêche et Elevage ; la 2ème Vice-présidence par le Ministère de la Santé ; la 3ème Vice-présidence par le Ministère de l'Environnement et développement durable, tandis que le poste de Secrétaire rapporteur sera occupé par le Ministère de la Communication et Médias ; et enfin, le Secrétaire rapporteur adjoint par la Société Civile.

Outre, il sied de noter que les membres seront composés de toutes les parties prenantes qui s'investissent pour l'élimination de la rage en RDC. Il s'agit là d'une part des partenaires nationaux et d'autre part des partenaires internationaux notamment, la FAO, l'OMS, la Banque mondiale, l'OIE, etc.

Pour clore, la FAO a rappelé son engagement à accompagner le gouvernement de la République Démocratique du Congo pour l'élimination de la rage à l'horizon 2030.

Pourquoi éliminer la rage ?

La rage est systématiquement fatale une fois les symptômes déclarés tant chez les animaux que chez les humains. Elle tue environ 60.000 personnes, en particulier des enfants (40%), et des centaines de milliers d'animaux par an dans le monde.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.