Afrique: Les observateurs satisfaits de la présidentielle au Tchad

Le scrutin présidentiel s'est déroulé de "manière satisfaisante" dit Komi Sélom Klassou, chef de la mission de l'UA.

Les résultats du vote n'ont pas encore été proclamés, mais les observateurs de l'Union africaine (UA), de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), de l'Organisation de la Coopération islamique (OCI) et de la Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique Centrale ont eux dressé le bilan de leurs observations de la présidentielle du dimanche 11 avril au Tchad. Un bilan positif.

"Vote dans la sérénité"

Le peuple tchadien a, malgré un contexte marqué par des tensions politiques, voté "dans la sérénité", estime l'Union africaine ce mardi 13 avril.

"La mission d'observation de l'Union Africaine félicite le peuple tchadien qui, en dépit de la pandémie de la Covid-19, a participé dans la sérénité à l'élection présidentielle pour respecter le délai constitutionnel", a dit l'ancien Premier ministre du Togo, Selom Komi Klassou, le chef de la mission d'observation électorale de l'Union Africaine.

Selon-lui, les quelques irrégularités constatées ne sont pas de nature à entacher la crédibilité du scrutin.

Silence sur les violences

Cependant, les observateurs de l'UA appellent toutes les parties au dialogue afin de décrisper les tensions actuelles. "La mission d'observation de l'Union Africaine note que l'élection présidentielle du 11 avril s'est déroulée dans un contexte difficile et encourage toutes les parties à privilégier le dialogue et le respect de l'Etat de droit pour la consolidation de la paix et de la cohésion sociale".

Aucune des missions des trois organisations internationales n'a évoqué les violences des forces de l'ordre contre l'opposition qui réclamait une "alternance du pouvoir". Ces violences ont été dénoncées notamment par Amnesty international, Human Rights Watch et le secrétaire général des Nations unies.

Des recommandations

En revanche, la mission d'observation électorale de l'Union Africaine formule plusieurs recommandations. Elle demande d'abord à l'Etat "de renouer le dialogue avec l'ensemble des acteurs politiques et la société civile afin d'apaiser les tensions politiques".

Selom Komi Klassou parle également de renforcer les moyens humains et matériels de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) afin d'améliorer l'organisation matérielle des scrutins à venir. Il a également demandé à la société civile "de s'impliquer davantage dans la médiation pour apaiser les tensions politiques."

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.