Madagascar: Fièvre de la vallée du rift - Trois à sept zébus meurent par jour à Mananjary

La fièvre de la vallée du Rift décime le cheptel à Mananjary. Près de cinq cents zébus sont décédés, en quelques semaines.

Des éleveurs de cheptel à Mananjary sont désemparés. Ils ont perdu en un clin d'œil leurs zébus qui représentaient tous leurs biens. Mananjary est frappé de plein fouet par l'épidémie de fièvre de la vallée du Rift. Cette fièvre hémorragique virale aiguë tue des zébus, presque tous les jours, dans ce district. « Ce matin (ndlr: hier matin), trois zébus sont morts. Hier (ndlr : lundi), nous en avons recensé sept, dans différents enclos et dans un abattoir », indiquait le Dr Moëz Tajdin, vétérinaire sanitaire de Mananjary, hier.

Cette maladie virale a décimé quatre cent quatre vingt-cinq zébus dans ce district, depuis fin mars qui marque le début de l'apparition de la maladie, selon le rapport des services de vétérinaire locaux. Les cas de mortalité auraient commencé à diminuer, actuellement. « Au tout début de l'épidémie, dans le fokontany d'Ambalamainty, commune d'Anosiparihy, chaque enclos comptait huit zébus décédés, par jour. Ces chiffres diminuent à deux voire à un par fokontany, en ce moment », ajoute la source. Les équipes de vétérinaires sanitaires de Mananjary se sont mobilisées pour endiguer l'épidémie. « Nous sommes descendus dans chaque commune pour traiter tous les animaux malades et pour établir un plan de prévention », souligne un vétérinaire. Les zébus ne sont pas les seules victimes. Des brebis auraient fait des fausses couches.

Déboussolés

À part le traitement des animaux malades, les autorités de Mananjary ont sensibilisé les éleveurs à séparer les troupeaux malades des troupeaux sains et à interdire les déplacements de tous les animaux malades.

Mais rien n'est gagné. Déboussolés par la perte importante de leurs animaux, des éleveurs vendent ceux qui leur restent. Les vétérinaires en ont intercepté dans des abattoirs. En même temps, cette maladie touche de plus en plus de zones.

À Manakara, à 160 kilomètres de ce foyer de la maladie dans la région de Vatovavy Fitovinany, une vingtaine de zébus malades auraient été constatés, ces derniers temps. Ces cas restent des suspicions. L'existence de la fièvre de la vallée du Rift à Manakara n'est pas encore confirmée. À part dans Vatovavy Fitovinany, l'épidémie sévit, également, dans les régions de Diana et d'Atsimo Andrefana. Plus de huit cents animaux sont touchés par la maladie dans ces trois régions, depuis le début de l'épidémie.

Des suspicions de décès humains à Mananjary

Le service de vétérinaire de Mananjary affirme avoir observé des décès humains liés à cette maladie virale. Cinq personnes ayant présenté les symptômes de la fièvre de vallée du Rift auraient succombé dans différents villages du district de Mananjary, la semaine passée. Les victimes auraient présenté des maux de tête, des maux de ventre. Les victimes auraient consommé de la viande, avant leur décès. Le service du district sanitaire à Mananjary n'a pas confirmé l'existence de décès humain liés à cette maladie, jusqu'à hier. Des équipes de santé humaine effectueraient des descentes dans les villages touchés par cette épidémie, pour identifier des cas. Cette maladie qui touche surtout les animaux, peut se transmettre à l'homme, par la consommation de lait et de viande non cuits. S'occuper des animaux malades est aussi déconseillé

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.