Burkina Faso: Alimentation en temps de jeûne - «Le sucre n'est pas l'aliment miracle» (Dr Alassane Ilboudo, spécialiste en diabétologie et nutrition)

interview

Les musulmans observent depuis hier mardi 13 avril le jeûne du mois de ramadan. Comme chaque année, il se pose la problématique de l'alimentation adaptée à ce temps de privation. Si on ne se demande pas quels aliments appropriés manger à l'aube pour tenir toute la journée, c'est comment se rééquilibrer après avoir passé la journée sans manger ni boire. Dans cet écrit très intéressant du Dr Alassane Ilboudo, spécialiste en diabétologie et nutrition, par ailleurs membre du Secours médical islamique du Burkina (SMIB), vous trouverez toutes les réponses et bien d'autres enseignements.

Le jeûne du mois de ramadan est le 4epilier de l'islam. Il est pratiqué par tous les croyants à partir de la puberté, sauf en cas de contre-indications (maladies, voyages... ). Le jeûne consiste en une privation de certains besoins naturels : psychologiques (excitants), charnels et alimentaires (repas + boissons), du lever du soleil à son coucher.

Comment réussir le ramadan sans gaspillage, mais aussi sans trop de privations sous peine de provoquer une carence ? Comment adopter une bonne hygiène de vie pendant et après le ramadan ?

Durant un jeûne, l'organisme fait face à des modifications pour s'adapter à cette situation de privation temporaire. Le sucre est la principale source d'énergie de notre organisme, il est utilisé en permanence par nos cellules, mais est aussi stocké sous forme de réserve au niveau du foie. Pendant le jeûne, il y a plus d'apport de sucre dans lajournée, et l'organisme va utiliser le sucre stocké dans le foie pour son fonctionnement. Cette réserve est sollicitée 8h après le début du jeûne (8h après ledernier repas), et est suffisante pour tenir 12 à 24h de jeûne.Au-delà de 24h, notre organisme va faire recours à d'autres sources d'énergie secondaires comme les protéines (muscles) mais surtout les lipides (graisses), ce qui entraîne une perte de poids, si le processus continue.A titre d'exemple, un individu moyen qui mesure 1,70 m et pèse 70 kg possède en moyenne 15 kg de matièregrasse (graisse). Cette matière grasse lui permet de faire 40 jours de jeûne non-stop (situation de grève de la faim, par exemple).

Donc pendant le jeûne du ramadan, qui dure en moyenne 13h 30 mn cette année au Burkina Faso, notre organisme ne peut pas épuiser les réserves du foie en sucre. Ces réserves ne seront utilisées que pendant 5h 30 mn dans la journée. Conséquence, pas besoin de manger en excès aumoment de la rupture pour remplacer ce qu'on « auraitperdu avec le jeûne ».

Quels aliments pour réussir son ramadan ?

Au moment de la rupture du jeûne, si vous avez la possibilité de faire trois repas et, cela dépend du temps que vous avez, il faut les répartir ainsi qu'il suit :

Premier repas

Il faut privilégier l'eau en grande quantité, surtout entemps de chaleur comme c'est le cas actuellement. Privilégier aussi les fruits qui contiennent une grande quantité d'eau et un peu de sucre (melon ou pastèque, orange, pomme...) autant que vous voulez, sans excès bien sûr ; pensez au partage.

Deuxième repas

Ensuite viennent les aliments qui donnent du sucre rapidement comme les dattes (une à 3), les jus de fruits, les boissons sucrées, le bissap, par exemple, mais en quantité raisonnable. Un verre suffit. Pour une bonne hydratation, on peut poursuivre avec une soupe de légumes avec un peu de sel pour ceux qui ne sont pas hypertendus (le sel permet de retenirl'eau), ou de la soupe de viande ou de poisson.

Troisième repas

Idéalement après la prière de tarwis (longue prière après la dernière du soir) ou avant, si elle finit vers 22h pour certains.Il faut un repas consistant qui contient du sucre « lent ». Exemples : le riz, le tôt, le couscous, la bouillie, les spaghettis, les gâteaux... Un verre de jus ou de boisson sucrée, en quantité raisonnable toujours, si on veut pouvoir se lever la nuit pour faire des «nawafils», et se réveiller le matin sans grande difficulté.

Le repas du matin (Souhour) avant le lever du soleil

Une recommandation mais pas une obligation pour faire la différence avec le jeûne des autres religions. Il faut le retarder au maximum juste avant laprière de « Fajr » si possible.Ce qui est conseillé, ce sont :

- des céréales (sucre lent): tôt, riz, couscous, spaghetti, pain ;

- beaucoup d'eau : eau plate, infusion de thé, « kinkéliba » ;

- de la soupe de légumes ;

- de la soupe de viande ou de poisson, si possible, un peu salée s'il n'y a pas de contre-indication comme en cas d'hypertension artérielle ;

- éviter les boissons sucrées qui vont entraîner une baisse rapide du taux de sucre et provoquer une sensation de faim trop précoce dans la journée ;

- éviter les aliments gras, qui augmentent les besoins en eau.

Conseils pour une alimentation saine valable après le ramadan

- La qualité d'un repas ne réside pas dans la quantité mais dans l'équilibre entre les différents éléments qui le composent.

- La pauvreté n'est pas toujours la meilleure excuse pour ne pas manger équilibré, mais parfois c'est notre ignorance et nos habitudes qui nous empêchent de manger sainement.

- La bonne nourriture n'est pas non plus celle qui brille en huile, rouge, mais celle dans laquelle on retrouve un peu de tout, à savoir beaucoup de légumes (choux, carottes, courges, courgettes...), des céréales (riz, mil, maïs, blé...), des protéines (viande, poisson, soumbala...), du lait et des produits laitiers, des fruits.

- Recommandation est faite au chef de ménage de prévoir désormais un budget « fruits et légumes » pour la famille

- Faisons des cadeaux en fruits et légumes à nos amis, familles et beaux-parents en lieu et place des cartons de sucre. Le sucre n'a plus la même valeur qu'il y a 30 ou 50 ans, où c'était une denrée rare, un aliment de luxe. Notre génération doit comprendre cela et changer en conséquence. Les galettes ne sont plus prisées lors des funérailles musulmanes et pour nos aumônes et il doit en être de même pour le sucre les années à venir. La consommation du sucre pendant le ramadan a atteint un niveau tel que certaines personnes, des non-musulmans en majorité, croient qu'il fait partie des recommandations de l'islam. On peut bien donner autre chose que du sucre pendant le ramadan. Le sucre n'est pas l'aliment miracle durant le mois de ramadan,nous n'en avons pas autant besoin. Le changement commence par nous-mêmes, faisons descadeaux de panier de fruits à ceux que nous aimons durant ce moisbéni.

Par exemple, au lieu de payer un paquet de sucre à environ 500 F CFA, cet argent peut servir à se procurer un panier de fruits qui peut contenir 2 bananes (à raison de 100 F) + une pomme (200 F) + 4 ou 2 oranges (100 F) + 1 pot de yaourt (100 F). Une famille moyenne ou un étudiant moyen peut avoir ce régime au moins deux fois par semaine. On ne parle pas du « poulet flambé à 4000 F» qui peut couvrir la moitié du mois en fruits et légumes, qui est consommé à longueur de journée.

Si on parvient à faire cela durant ce ramadan, le plus dur après sera de maintenir une hygiène alimentaire similaire en dehors du ramadan. Ce qui est l'essence de ce mois béni doit nous amener à un bon comportement que nous devons maintenir.

Dr Alassane Ilboudo

Médecin spécialiste en endocrinologie, diabétologie et nutrition

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.