Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du webinaire à l'occasion de la Journée mondiale de la Santé

Mesdames et messieurs les invités, chers collègues et amis,

L'équité en santé est cette année le thème de la Journée mondiale de la santé. C'est l'un des principaux défis de notre époque, et c'est pourquoi nous lançons une campagne pour un monde plus juste et en meilleure santé.

L'inégalité n'est pas un problème nouveau, bien sûr, mais la pandémie de COVID-19 l'a brutalement mise en évidence.

Plus de deux millions huit cent cinquante mille de nos sœurs et frères ont perdu la vie - et nous les avons perdus.

L'amère vérité est que certaines de ces personnes sont mortes simplement parce qu'elles ne pouvaient pas obtenir les soins dont elles avaient besoin, en raison de l'endroit où elles vivent, de leur identité ou du montant de leurs revenus.

La pandémie n'est pas seulement en train d'exposer au grand jour nos inégalités et de les exploiter, mais aussi de les exacerber.

La COVID-19 a, selon les estimations, fait basculer 120 millions de personnes dans l'extrême pauvreté l'an dernier.

Les inégalités de genre ont considérablement augmenté, avec plus de femmes que d'hommes quittant le marché du travail.

Et en ce moment même, les pays riches vaccinent leurs populations tandis que les pauvres regardent et attendent.

Les inégalités en matière de santé ne sont pas seulement injustes, elles rendent aussi le monde moins sûr et moins durable.

Aussi, à mesure que les pays réagissent, se relèvent et reconstruisent, il est essentiel que tous les gouvernements investissent dans de meilleurs services sanitaires et sociaux et éliminent les obstacles qui empêchent tant de gens de les utiliser - afin qu'un plus grand nombre de personnes aient la chance de vivre en meilleure santé.

En cette Journée mondiale de la santé, voici cinq choses que nous appelons tous les gouvernements à faire pour lutter contre les inégalités qui causent tant de souffrances chaque année :

Premièrement, s'engager à assurer un accès équitable aux vaccins, aux tests, aux traitements et aux services de lutte contre la COVID-19, dans un même pays et d'un pays à l'autre ;

Deuxièmement, renforcer les systèmes d'information sanitaire et investir dans l'amélioration des données pour mettre en lumière les inégalités et savoir qui est laissé de côté ;

Troisièmement, protéger la santé et lui donner la priorité dans les budgets, y compris dans les fonds de relance et les plans de relance à plus long terme ;

Quatrièmement, offrir un accès équitable aux services et aux infrastructures afin d'assurer la sécurité, la santé et l'inclusion dans les quartiers des zones urbaines et rurales ;

Et cinquièmement, renforcer les soins de santé primaires comme fondement de la couverture sanitaire universelle.

En cette Journée mondiale de la santé, nous exhortons tous les citoyens à élever la voix pour appeler à un monde plus juste et en meilleure santé.

Cette série de webinaires donne la parole à certains des meilleurs experts de l'équité en santé du monde entier.

Ils discuteront des outils concrets qui peuvent nous permettre d'améliorer la façon dont nous mesurons et réduisons les inégalités dans les communautés et les pays.

Je remercie les intervenants qui nous rejoignent, ainsi que tous les participants, partout dans le monde, pour votre engagement commun de reconstruire en mieux après la crise de la COVID-19, afin d'assurer un monde en meilleure santé et plus juste pour tous.

Maintenant, je voudrais vous présenter notre modératrice, la professeure Pascale Allotey.

La professeure Allotey est directrice de l'Institut international de l'Université des Nations Unies pour la santé mondiale. Elle est également sage-femme et infirmière en santé publique, et experte des aspects sanitaires de l'équité, des droits de la personne, du genre et de l'engagement communautaire, entre autres domaines.

Professeure, vous avez la parole.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X