Burkina Faso: Promotion des droits humains - Du matériel offert au ministère de la Justice

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a remis du matériel d'une valeur de 360 millions FCFA, au ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Garde des sceaux, le mardi 13 avril 2021 à Ouagadougou.

La consolidation de l'Etat de droit et de la justice est l'un des axes stratégiques d'intervention du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au Burkina Faso.

A cet effet, l'organisme onusien a fait don de matériel au ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Garde des sceaux, le mardi 13 avril 2021 à Ouagadougou. D'une valeur de 360 millions de FCFA, le don est composé de 9 véhicules, 84 ordinateurs portables, 39 photocopieurs multifonctions, 20 groupes électrogènes, 156 cartouches d'encres ainsi que du matériel sensibilisation. Aux dires du représentant résident du PNUD au Burkina Faso, Mathieu Ciowela, ce don entre dans le cadre du Programme Cohésion sociale, sécurité et Etat de droit (COSED), mis en œuvre au Burkina Faso depuis 2020. Un programme qui a pour objectif principal, a-t-il indiqué, de soutenir les actions du gouvernement en matière de justice, des droits humains et de cohésion sociale. Par ailleurs, le COSED ambitionne de faire en sorte que l'efficacité des institutions soit améliorée et que les populations burkinabè, en général et, en particulier celles exposées aux risques de conflit et à l'insécurité vivent en paix et en sécurité dans un Etat de droit.

A entendre M. Ciowela, le présent don d'équipements vient allonger la liste des actions entreprises dans le cadre du projet afin de relever les défis qui figurent au titre des préoccupations des populations burkinabè, à savoir le renforcement de la confiance des populations en la justice et aux Forces de défense et de sécurité (FDS) et l'enracinement de la cohésion sociale et la réconciliation nationale. Au nombre des actions déjà entreprises par le COSED, le représentant résident du PNUD a cité l'accompagnement de la Commission nationale des droits humains (CNDH) dans la documentation des allégations de violations des droits humains à Tanwalbougou et la mise en place d'un dispositif de protection des défenseurs des droits humains. En matière d'accès à la justice, il a indiqué que le COSED a contribué à l'amélioration de l'offre judicaire à travers l'organisation d'audiences foraines et criminelles. « Nous avons également renforcé les capacités des magistrats de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso afin de leur permettre de traiter les dossiers avec plus d'efficacité », a-t-il fait savoir.

Renforcer l'indépendance de la justice

En outre, le programme a participé, aux dires de M. Ciowela, au renforcement de l'efficacité de l'indépendance de la justice à travers l'opérationnalisation d'un mécanisme autonome de gestion informatisée des carrières des magistrats. Dans le but de renforcer la confiance des populations envers les FDS pour leur sécurité, le projet a, selon les confidences de Mathieu Ciowela, appuyé le processus de finalisation et de validation de la stratégie de sécurité nationale en collaboration avec les autres acteurs nationaux et outillé les FDS sur le respect des droits humains et la prise en charge des violences basées sur le genre.

Toutes ces actions entreprises dans le cadre du COSED et particulièrement le présent don de matériel ont été appréciées positivement par la ministre de la Justice, Victoria Ouédraogo. Il va permettre, selon elle, de renforcer les capacités opérationnelles des structures de son département. « Lorsque nous regardons notre parc automobile actuel, nous nous rendons compte que beaucoup de véhicules n'étaient plus fonctionnels. Alors qu'en tant qu'administration, nous sommes amenés à nous déplacer quotidiennement et s'il n'y a pas de véhicules, cela peut bloquer les actions du ministère. Les photocopieurs nous seront également très utiles parce que tous les jours, nous faisons des copies et parfois, il faut aller d'un bureau à l'autre pour le faire. Mais grâce à ce don, nous pourrons relever le défi du manque d'équipement », a-t-elle déclaré. Au regard de l'utilité de ce don pour son département, Mme Ouédraogo a traduit sa reconnaissance au PNUD tout en le rassurant que les équipements seront utilisés à bon escient. A cet effet, elle a annoncé qu'une partie du matériel ira à des Organisations de la société civile (OSC) telles que le Mouvement burkinabè des droits de l'homme et des peuples (MBDHP), l'Association des femmes juristes du Burkina Faso (AFJ/BF) et l'Observatoire national des faits religieux (ONAFAR).

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.