Afrique: Changer les paradigmes dans un monde en proie à une pandémie - Comment regagner la confiance ? Santé, bonheur et éthique

document

World Forum for Ethics in Business

Excellences, Mesdames et Messieurs les chefs d'État et de gouvernement,

Mesdames et messieurs les invités, chers collègues et amis,

Tout d'abord, je tiens à remercier Gurudev Sri Sri Ravi Shankar, fondateur du World Forum for Ethics in Business et de la Fondation Art de vivre, de m'avoir invité et de nous avoir tous réunis aujourd'hui.

Je suis très heureux que vous teniez cette réunion aujourd'hui alors que nous célébrons la Journée mondiale de la santé.

Quatorze mois se sont désormais écoulés depuis que j'ai déclaré que la COVID-19 constituait une urgence de santé publique mondiale. Au cours de cette période, cette pandémie a fait ressortir le meilleur comme le pire de l'humanité.

Nous avons vu jour après jour des actes de courage incroyables de la part des agents de santé et des communautés du monde entier.

Nous avons vu des efforts extraordinaires de la part d'entreprises soucieuses d'éthique pour aider les gens à aller de l'avant.

Mais la pandémie a également aggravé les inégalités dans nos sociétés, creusé davantage les failles géopolitiques mondiales et distendu les liens de confiance avec nos institutions publiques.

Nous avons vu comment certaines entreprises essaient de s'enrichir au détriment de ceux qui sont dans le besoin.

Le monde a repris espoir avec la mise au point de vaccins vitaux en un temps record.

Mais nous savions aussi par expérience que les seules forces du marché ne permettraient pas la répartition équitable de ces outils vitaux.

L'équité vaccinale est le défi à relever aujourd'hui.

Si l'on examine l'état actuel de la vaccination contre la COVID-19, sur les plus de 520 millions de doses de vaccin administrées à ce jour, plus de 85 % sont allées aux pays à revenu élevé ou à revenu intermédiaire supérieur, tandis que les pays à faible revenu n'en ont reçu que 0,1 %.

Les pays qui vaccinent à présent des personnes jeunes et en bonne santé pour lesquelles le risque lié à cette maladie est faible le font au détriment de la vie des agents de santé, des personnes âgées et des groupes vulnérables d'autres pays.

La distribution inéquitable des vaccins n'est pas seulement un scandale sur le plan moral. C'est également un non-sens économique et épidémiologique.

Ces graves inégalités vaccinales pourraient bien conduire à des variants viraux inquiétants qui prendraient le dessus et ralentiraient la reprise économique mondiale.

C'est pour cette raison que l'OMS et ses partenaires ont créé le dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19 (l'Accélérateur ACT) et COVAX, son volet Vaccins, afin de renforcer la distribution équitable de traitements, de produits de diagnostic et de vaccins vitaux à ceux qui en ont le plus besoin, dans tous les pays du monde.

La pandémie est encore loin d'être terminée. Le virus continue de circuler et entraîne une pression considérable sur les hôpitaux, les unités de soins intensifs et les agents de santé.

Les décisions que nous prenons tous, en tant que dirigeants et individus, peuvent faire la différence entre la vie et la mort.

Au cours de l'année écoulée, certaines vérités fondamentales nous ont été rappelées à tous :

la vie est fragile ;

la santé est précieuse ;

et l'humanité est une.

Nous avons peut-être des cultures, des langues et des croyances différentes, mais nous partageons le même ADN, la même planète, les mêmes espoirs et les mêmes rêves.

La pandémie de COVID-19 n'est pas notre première crise mondiale, et elle ne sera pas la dernière.

Ce qui est clair pourtant, c'est que les inégalités de nos sociétés et les lacunes de nos systèmes de santé lui ont permis de prospérer.

Nous devons tirer les leçons de cette pandémie.

Tenter de faire des économies en négligeant la protection de l'environnement, la préparation aux situations d'urgence, les systèmes de santé et les mesures de protection sociale s'est avéré un mauvais calcul - et le prix à payer est désormais beaucoup plus élevé.

Alors que nous nous apprêtons à bâtir pour demain des sociétés qui adoptent pleinement ces vérités fondamentales, l'éthique des pratiques entrepreneuriales peut et doit jouer un rôle.

Il s'agit ainsi pour l'entreprise de tenir compte de l'impact que son action, ses produits et ses services ont sur l'environnement, les personnes et les animaux ;

de s'appuyer sur des normes éthiques pour les produits et les services, à chaque étape, depuis la conception jusqu'à la livraison.

Dans la période qui suivra cette pandémie mondiale, nous aurons une occasion sans précédent de renforcer la collaboration intersectorielle et d'utiliser la santé comme moteur du développement.

Ces efforts contribueront non seulement à la prévention des pandémies futures, mais aussi à bâtir des systèmes, des environnements, des économies et des sociétés plus résilients et plus équitables.

En travaillant ensemble, nous pouvons bâtir le monde en meilleure santé, plus sûr et plus juste auquel nous aspirons tous.

Je vous remercie.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X