Burkina Faso: Energies centrales solaires

Trois projets d'accords adoptés par l'Assemblée

L'Assemblée nationale s'est réunie en session plénière le 13 avril 2021, à Ouagadougou. Etaient inscrits à l'ordre du jour, trois projets d'accords relatifs au développement de l'énergie solaire.

L'assemblée nationale a adopté en session plénière trois projets de loi, dont la loi portant ratification de l'ordonnance n°2020-006/PRES du 10 aout 2020 portant autorisation de ratification de l'accord de prêt signé entre le Burkina Faso et la Banque africaine de développement pour le financement du projet « yeleen » de développement de centrales solaires et de renforcement du système électrique national. Des explications du ministre de l'Energie, des mines et des carrières, Bachir Ismaël Ouédraogo, « le Burkina Faso a l'un des kilowattheure (kWh) les plus chers de la sous-région, dû au fait que nous importons pratiquement 60% de notre consommation d'énergie de la sous-région ». Toute chose qui rend l'accès à l'énergie très difficile pour les populations. Cependant, à l'entendre le Burkina a l'opportunité d'avoir le meilleur ensoleillement dans la sous-région. « Aujourd'hui nous sommes donc dans le cadre des échanges d'énergies dans le cadre du WAPP (West africain power pool) et le Burkina Faso a été identifié tout comme le Mali comme les pays qui ont le meilleur potentiel en matière d'énergie solaire » a-t-il confié.

Impacter positivement la vie des concitoyens.

Selon le ministre, les projets qui ont reçu le quitus de l'Assemblée nationale vont permettre au Burkina Faso de consolider sa première place en matière de production d'énergie solaire et permettre aussi de réduire le coût du kWh. « Vu que le Burkina a le kWh le plus cher de la sous-région , on ne peut pas continuer comme cela si on veut que l'ensemble de la population puisse avoir accès à l'énergie » a soutenu le ministre qui a persisté en affirmant qu' « on ne peut pas continuer comme ça si on veut que l'économie du Burkina soit compétitive parce que quand vous avez un kWh qui est élevé automatiquement ça se réplique sur le coûts de vente et cela fait que nous ne sommes pas compétitive d'où la nécessité pour le Burkina d'investir massivement en énergie solaire ». D'après les propos du ministre, le projet Yeleen (lumière en langue nationale dioula) va permettre la mise en place d'une centrale solaire avec stockage.

Et d'ajouter que « cela est une première dans la sous-région parce que nous allons avoir autour de 10 megawattheure de stockage avec les batteries ». Et cela réconfortera d'après lui, le Burkina Faso dans son rôle de leadership et d'innovation parce que estime-t-il c'est la seule solution pour le gouvernement burkinabè a de réduire le coût de kilowattheure et impacter positivement la vie des concitoyens. Le ministre Bachir Ismaël Ouédraogo poursuit que « le projet aura un impact national, une centrale solaire qui produit de l'énergie à Ouaga est réinjectée au réseau qui est distribué partout ». Par conséquent, l'adoption de ces projets constitue à son avis, un grand pas que nous avons fait aujourd'hui quant à l'avancé vers l'autonomisation en matière de l'énergie. Tout pays doit avoir une sécurité énergétique, et nous, la seule possibilité que nous avons pour sécuriser notre production d'énergie c'est de passer vers le solaire parce que les autre types dépendent d'autres pays » a conclu le ministre.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.