Sénégal: Matar Ba ministre des sports sur les actes de vandalisme à l'arene nationale - « Il n'est pas question que l'on se laisse faire face à de telles scènes »

Matar Ba a condamné hier, mardi 13 avril, les actes de vandalisme qui ont été perpétrés dimanche dernier à l'arène nationale, lors d'une journée organisée par le promoteur Serigne Modou Niang. A l'issue d'une rencontre avec les membres du CNG de lutte, le ministre des Sports a indiqué l'Etat et l'instance dirigeante de la lutte seront «fermes» et «iront jusqu'au bout».

Le ministre des sports a condamné les actes de vandalisme perpétrés à l'Arène nationale, dimanche dernier lors d'un combat de lutte. "On a donné aucune explication sur les raisons qui ont conduit à ces scènes de violence. Je considère que les lutteurs sont des sportifs. Tous ceux qui les accompagnent doivent avoir cet esprit sachant que la lutte est un jeu. L'arène qui a coûté 32 milliards, devrait être, quoiqu'il en soit, préservée par les acteurs qui la fréquentent", a-t-il déclaré à l'issue d'une rencontre avec le président et des membres du CNG de lutte.

"C'est inadmissible au 21ème siècle de voir de tels actes dans ce joyau qui nous a coûté 32 milliards de francs et à un moment où le monde de la lutte se bat pour faire revenir les sponsors", ajoute le ministre des sports.

Le ministre des Sports a indiqué que l'Etat et le CNG de la lutte ne laisseront pas faire face à de telles scènes. Sur ce, il a demandé au CNG et à la direction des infrastructures d'être «fermes» face au vandalisme. "Il n'est pas question que l'on se laisse faire face à de telles scènes. Je leur demande d'aller jusqu'au bout et l'Etat sera à leur côté. S'il faut fermer l'arène, on le fermera. Le directeur des infrastructures a été mis devant ses responsabilités. Le CNG et l'ensemble des acteurs de la lutte, vont se donner la main et iront jusqu'au bout. Il faut que les gens comprennent que l'Etat ne peut pas croiser les bras et laisser faire", soutient-il.

Le président du CNG, Bira Sène, a, pour sa part, indiqué qu'une suite sera donnée à ces actes après que des personnes ont été identifiées. "Nous avons des superviseurs. Il y a des noms qui sont écrits dans le rapport. Nous allons tout faire pour arrêter net ces actes qui ne sont pas sportifs", a-t-il déclaré.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.