Bénin: Patrice Talon réélu, un non-événement pour l'opposition

La Commission électorale a crédité le président sortant, Patrice Talon de 86,37% des suffrages exprimés. Cette large victoire lui permet d'éviter un second tour mais elle divise au Bénin.

Au siège de campagne du duo Talon-Talata mardi soir, l'ambiance était à la fête. De longs moments de bain de foule et Patrice Talon s'est laissé aller à sa joie.

Quelques heures plus tôt, la Commission électorale nationale autonome venait de rendre publics les résultats provisoires de la présidentielle du 11 avril.

"86,36%, le duo de candidats Patrice Athanase Guillaume Talon et Mariam Chabi Talata obtient dès le premier tour la majorité absolue des suffrages exprimés", a communiqué le président de la Céna.

Pour connaître le suffrage total exprimé, la Céna a d'abord soustrait les 156 547 potentiels électeurs n'ayant pas pu voter dans 13 arrondissements de l'effectif total des électeurs.

Calculs après lesquels elle retiendra que 2 409.409 ont finalement voté. Un nombre duquel le vainqueur ne laissera pas grand-chose pour ses concurrents.

"Corentin A. Cohoué et Iréné Josias Agossa 02, 35% - Alassane Soumanou et Paul Hounkpè 11, 29%. Taux de participation 50,17%".

Ces deux duos n'ont pas souhaité réagir sur le vif à ce résultat et ont plutôt prévu le faire courant cette journée à la faveur d'une conférence de presse.

Un non-événement pour les Béninois

Au Bénin, certains parlent d'une victoire à la Pyrrhus - en l'absence des principaux candidats de l'opposition, écartés de la course à la présidence du pays.

Pour le sociologue politiste Patrick Hinnou, également expert en gouvernance démocratique et développement, Corentin A. Cohoué et Iréné Josias Agossa ne devraient pas contester les résultats.

"S'ils veulent être honnêtes, ils n'ont pas grand-chose à revendiquer parce qu'ils n'ont pas pris en amont les dispositions nécessaires pouvant leur permettre de renverser la tendance, d'engranger un nombre suffisant de suffrages pouvant leur permettre d'accéder à la magistrature suprême", a déclaré Patrick Hinnou.

L'analyste politique Roméo Fagninou, estime pour sa part que les Béninois ne devraient pas se réjouir de ces résultats qui ne sont pas, selon lui une surprise.

"Ce n'est rien d'étonnant, c'était bien prévisible et je pense finalement que c'est un non-événement pour l'ensemble des Béninois, que ce soit ceux de la majorité comme des opposants ou ceux mêmes qui n'ont pas d'opinion politique", a estimé Roméo Fagninou.

Il revient à présent à la cour constitutionnelle, après avoir vidé les éventuels contentieux, de proclamer les résultats définitifs de cette présidentielle du 11 avril.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.