Sénégal: Visite de chantiers du Pcm de l'Omvs - Kayes, l'électricité jaillit du fleuve Sénégal

14 Avril 2021

Serigne Mbaye Thiam, Président du Conseil des Ministres de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (Omvs), a effectué une visite de chantiers dans la région de Kayes, à environ 300 km au nord-ouest de Bamako. Il était accompagné de sa collègue Aïssatou Sophie Gladima (Pétrole et Énergies), du Ministre malien des Mines, de l'Énergie et de l'Eau Lamine Seydou Traoré, du Haut-commissaire Hamed Diane Semega et de nombreux experts et officiels des États membres.

Au pas de charge. Ce samedi 10 avril, entre l'atterrissage de l'avion qui a transporté la délégation à l'aéroport de Kayes et le départ du long convoi d'officiels vers les sites en chantier, il s'est à peine écoulé quelques minutes. Juste le temps de faire un rapide crochet à l'hôtel pour déposer les bagages. Les 42 degrés qu'affiche le thermomètre ne sont pas de taille à ralentir le programme. Le convoi s'ébranle vers le poste haute tension de Kayes, sous forte escorte de la Gendarmerie.

La menace djihadiste s'est, en effet, étendue à cette région, carrefour économique du pays où la diaspora investit en masse. Entre routes crevassées et nuage de poussière rouge, la délégation arrive au poste haute tension dénommé Albatros. Il est situé à Kayes Médine, à une dizaine de kilomètres de la ville de Kayes. Il fait partie des 16 postes mis en place par l'Omvs pour transporter les productions des centrales hydroélectriques de Manantali, Félou et Gouina. Il assure aussi l'interconnexion de tout le système de Manantali avec les installations des sociétés d'électricité des pays membres. Le poste de Kayes dont les travaux sont terminés est déjà en service.

Cap ensuite sur la centrale hydro-électrique de Félou située à environ 15 km en amont de la ville de Kayes. Construite entre 2009 et 2013, cette centrale hydroélectrique est mise en service depuis 2013 avec un coût global des travaux estimé à 82 milliards de francs Cfa. Il permet d'exploiter, tout au long de l'année, le courant puissant du fleuve qui est, en partie, retenu par le réservoir de Manantali qui se trouve à 200 km en aval et de tirer profit de la hauteur et de la puissance des chutes d'eau naturelles.

Le programme des visites de la première journée s'achève avec le projet hydro-électrique de Gouina (Phg), situé à 79 km de la ville de Kayes. Il s'inscrit dans le cadre du développement du potentiel hydroélectrique des États de I'Omvs et permet d'augmenter le potentiel de production énergétique à moindre coût des pays membres. Un ouvrage impressionnant construit sur des chutes d'eau qui produira, à terme, 140 MW par an. Malgré le ralentissement dû à la pandémie de la Covid-19, l'ouvrage est réalisé à 80 %.

Selon les ingénieurs de Sinohydro, l'entreprise chinoise en charge des travaux, le premier groupe sera livré au mois de juin prochain, sauf incident. La fin des travaux et la mise en service de Gouina sont prévues en septembre 2021. Selon Serigne Mbaye Thiam, Président du Conseil des Ministres de l'Omvs, la centrale de Gouina permettra d'augmenter de 52 % la production d'électricité que la Société de gestion de Manantali (Sogem), mettra à la disposition du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal.

Maintenance urgente

La dernière journée de visite, le dimanche 11 avril, se déroule à Manantali, dans la commune de Bamafélé, cercle de Bafoulabé. Située à 223 km de Kayes, il faut se réveiller aux aurores pour rallier Manantali. Et pour s'y rendre, il faut prendre le bac pour traverser le Bakoye, la rivière blanche qui mélange ses eaux claires à celles plus sombres du Bafing (rivière noire) à Bafoulabé. Ici, on raconte encore l'histoire d'amour entre l'hippopotame sacré et une jeune fille du village de Bafoulabé. Histoire qui a donné naissance à la célèbre chanson « Malisadio ». Sur la route qui mène à Manantali, le fleuve serpente entre les montagnes et arrose de sa vie liquide les nombreux villages voisins.

Sur place, après la visite des ouvrages, Serigne Mbaye Thiam a souligné l'urgence d'entreprendre des travaux de maintenance des équipements dans les meilleurs délais. Il a rappelé que le Conseil des Ministres de l'Omvs a tenu, le 23 février 2021, à Nouakchott, en Mauritanie, une session extraordinaire pour se pencher sur la question. Selon lui, des directives ont été données aux Directeurs généraux de la Société d'exploitation de Manantali et Félou (Semaf) et de la Société de gestion de l'énergie de Manantali (Sogem), pour entreprendre, sans délais, ces travaux d'urgence. M. Thiam a longuement remercié son homologue malien qui l'a accompagné toute la durée de sa tournée dans la région de Kayes mais aussi le Gouvernement du Mali dont le territoire héberge ces ouvrages. « C'est un exemple de coopération réussie et nous devons préserver cet esprit de partage de ces ouvrages entre nos pays », a-t-il exhorté.

(Envoyé spécial)

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.