Cote d'Ivoire: Procès de Amadé Ouérémi / Rosine Aka, avocate de Ouérémi - « Une seule personne ne peut commettre un génocide »

« En ma qualité d'avocate de l'accusé, je vais plaider la cause d'Amadé Ouérémi, dans ce procès qui se déroule devant la juridiction. Cette affaire doit être traitée à la racine, pour connaître les tenants et les aboutissants. Amadé Ouérémi était un mécanicien de vélo.

Qui va se reconvertir en agriculteur. Il paie une portion de terre pour faire sa plantation. (…) Dans cette rébellion armée avec des armes lourdes, il sera approché par des chefs de guerre qui l'ont rassuré, l'ont mis en confiance. Il s'est associé à une armée de rebelles qui s'est installée dans l'Ouest de la Côte d'Ivoire.

Amadé a eu gîte et couvert. Il a eu des tenues militaires et des armes. Il n'était pas militaire, à l'origine. Pourquoi lui a-t-on donné ces armes ? Dans ces photos que voici, que fait Amadé en tenue militaire aux côtés du commandant Losséni Fofana dit Loss ? Où a-t-il eu ses éléments militaires ? Où a-t-il eu ses armes.

A-t-on montré des reçus de paiement de ces armes ? Amadé et ses prétendus hommes avaient des armes plus fortes que celles de l'armée de Côte d'Ivoire. Ils avaient des armes plus fortes que celles de la Force Licorne ou celles des Forces onusiennes ? Pourquoi veut-on porter ici le chapeau à cet homme frêle, analphabète, ce qui s'est passé comme atrocités ?

Un seul homme peut-il commettre un génocide ? Un génocide est le fait d'une multitude de personnes. Il faut dénicher les responsables de la rébellion et les commanditaires tapis dans l'ombre. Dieu fait grâce, ceux-là n'échapperont pas, partout où il y a une justice. Il y a bel et bien eu génocide à Duékoué. J'en suis désolée. Toutes les victimes qui ont défilé ici en ont marre, elles pleurent.

Toutes ces victimes ont besoin de justice. Ce procès m'a laissée sur ma faim, un goût d'inachevé comme bien d'autres personnes. Amadé dit qu'il a été trompé. Il a été instrumentalisé. Les victimes demeurent et les commanditaires demeurent. Amadé était bel et bien un élément de l'armée de Côte d'Ivoire.

Amadé Ouérémi recevait bel et bien des ordres, des instructions. Dans votre sentence, vous en tiendrez compte. (…) Ces victimes sont tombées sous des idéaux de politiques véreux. Il y a nécessité qu'une rébellion ne prenne pas le pas sur un Etat de droit. »

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.