Sénégal: Arai Tatsuo, Ambassadeur du Japon - «Nous nous réjouissons que le Sénégal copréside la prochaine Ticad »

14 Avril 2021
interview

L'Ambassadeur du Japon à Dakar revient, dans cet entretien, sur l'anniversaire de son Empereur qui a le même âge que la République du Sénégal. Arai Tatsuo évoque aussi la coopération entre les deux pays qu'il qualifie de « modèle » en Afrique. Il se réjouit que la prochaine édition de la Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l'Afrique (Ticad) soit coprésidée par le Chef de l'État, Macky Sall.

Le Japon a fêté, au mois de février dernier, l'anniversaire de son Empereur. Pouvez-vous revenir sur le sens et la portée de cet anniversaire ?

Nous avons fêté, cette année, le 61ème anniversaire de Sa Majesté l'Empereur du Japon. L'année dernière, c'était le 60ème anniversaire des relations diplomatiques entre le Sénégal et le Japon. Notre Empereur a le même âge que la République du Sénégal. C'est en tenant compte de la situation sanitaire que nous n'avons pas voulu célébrer cet anniversaire par une fête grandiose. Nous avons néanmoins reçu le message de vœux du Président Macky Sall. Nous le remercions vivement ainsi que le peuple sénégalais.

Que pouvez-vous dire des 60 ans de relations diplomatiques ?

Après 60 ans de coopération, nous avons un partenariat excellent. La coopération est très diversifiée et embrasse de très nombreux domaines : eau, infrastructures, agriculture, santé, pêche, éducation... Ce partenariat est devenu un modèle de référence avec des pays amis africains. Nous développons cette coopération pour répondre à la fois aux besoins immédiats à moyen et long terme. À titre d'exemple, le Japon a soutenu de nombreux projets comme le financement, depuis l'année dernière, du Fonds Covid-19 pour la fourniture d'équipements médicaux, des kits sanitaires aux hôpitaux et écoles, etc.

En même temps, nous poursuivons, dans le domaine de la santé, notre collaboration dans la Couverture maladie universelle (Cmu) dans le long terme, au bénéfice de tout le peuple sénégalais. Cette coopération est caractérisée par le transfert de technologie et le développement du capital humain par la formation de Sénégalais.

Quand nous réalisons un projet, quel que soit domaine, nous l'accompagnons par la formation et le transfert de technologie. L'exemple le plus marquant est le Centre de formation professionnel et technique (Cfpt), connu de tous et qui est actif dans la formation en industrie, machinerie, électronique... Et en plus des Sénégalais, le Cfpt accueille d'autres jeunes africains. Ce qui fait que notre partenariat Japon-Sénégal est devenu Japon-Afrique. La coopération bilatérale reste très solide.

Vous parliez de la pandémie. N'a-t-elle pas ralenti, ces derniers mois, cette coopération que vous louez ?

Il est vrai que, du fait de la pandémie, de nombreux experts et volontaires étaient temporairement rentrés au pays. Nous notons, ces derniers temps, leur retour progressif tout comme celui d'agents de la Jica. Tout semble rentrer dans l'ordre et nous voulons que les choses reviennent à la normale comme avant l'apparition de la Covid-19, et nous y travaillons.

Vous aviez également abordé, l'année dernière, cette coopération sous l'angle des Jeux olympiques vu que le Sénégal compte organiser les Jeux de la jeunesse ?

Nous prévoyons les Jeux olympiques de Tokyo en juillet-août et nous attendons naturellement des athlètes sénégalais qui, nous l'espérons, vont réaliser de belles performances. Le Sénégal va, à son tour, accueillir, en 2026, les premiers Jeux olympiques de la jeunesse en Afrique, à Dakar. Les deux comités sont effectivement en collaboration pour mieux réussir ces deux grands évènements. Dans le domaine sportif, cette coopération est très forte. Les arts martiaux japonais, le karaté ou le judo, sont très bien pratiqués au Sénégal et nous envoyons des enseignants japonais pour entrainer de jeunes sénégalais. Le Japon a développé de nombreux instruments dans sa coopération avec l'Afrique, tels que la Ticad. Pouvez-vous revenir sur ce cadre dont la prochaine édition sera présidée conjointement par le Président Macky Sall, prochain Président de l'Union africaine ?

La Ticad a été lancée en 1993. C'était le premier cadre de dialogue de cette envergure avec les pays africains. Le Japon a toujours mis l'accent sur le développement de l'Afrique. Sept sommets ont été tenus. Le dernier, en 2019, a eu lieu à Yokohama, au Japon. La Ticad poursuit trois piliers dans la collaboration : économie, société et paix et sécurité. Dans le domaine économique, nous avons réalisé beaucoup de choses dans le cadre de l'aide publique au développement. Mais, nous mettons aussi de plus en plus l'accent sur le développement du rôle de l'entreprise eu égard au rôle important du secteur privé. Nous voudrions promouvoir les investissements japonais au Sénégal et en Afrique. Une mission économique privée japonaise est venue, en février 2020, au Sénégal pour la promotion de l'investissement japonais. Plusieurs entreprises ont décidé, depuis lors, de venir au Sénégal et ont même ouvert des bureaux à Dakar. Nous avons également établi le Comité économique Japon-Sénégal pour la promotion des échanges économiques. Et les choses avancent bien.

Pour ce qui est de la prochaine édition de la Ticad 8, qui se tiendra en 2022, en Tunisie, vous avez raison de le souligner, elle sera coprésidée par le Sénégal et le Japon vu que le Président Macky Sall va présider aux destinées de l'Union africaine. Nous nous réjouissons de cette perspective qui nous permettra également de renforcer notre collaboration et notre partenariat.

Le Ministre des Affaires étrangères japonais a effectué une visite au Sénégal en janvier dernier. Quelle était sa portée ?

Cette visite s'est très bien déroulée avec notamment des entretiens avec les Ministres des Affaires étrangères, Aïssata Tall Sall, et de l'Économie, Amadou Hott, mais surtout avec le Président Macky Sall. L'occasion a été saisie pour confirmer encore notre amitié et collaboration pour tracer des sillons nouveaux dans le domaine économique, avec une plus grande participation des entreprises japonaises, la lutte contre la Covid-19, etc. L'Afrique et l'Asie doivent connaitre une plus grande liberté dans la circulation, le développement d'infrastructures pour la prospérité et la stabilité. L'idée est partagée par les autorités sénégalaises. Le Forum de Dakar pour la paix et la sécurité aura certainement lieu en automne prochain. Le Japon tiendra toujours son rôle par une contribution financière conséquente et une participation de haut niveau pour des discussions pour la paix et la sécurité en Afrique. Nous savons que le Président sénégalais est très actif dans le domaine de la paix. Notre Gouvernement a bien exprimé sa nouvelle approche pour la paix et la sécurité en Afrique au cours de la 7ème édition de la Ticad.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.