Ile Maurice: Roches-Noires - Ramdhoon, le maraîcher au cœur d'or promet d'appliquer les mesures sanitaires

«Bé li normal nou ed lézot dan bann létan koumsa non?» C'est la première phrase que Somduth Ramdhoon, un marchand de légumes de la région de Roches-Noires, lâche lorsqu'il est joint au téléphone. Une vidéo où l'homme, âgé de 57 ans, dis- tribue des légumes gratuitement aux plus démunis du village est devenue virale sur les réseaux sociaux quelques heures à peine après avoir été mise en ligne. Elle a été vue par des milliers d'internautes et partagée des centaines de fois. La voix joyeuse et légère, il a accepté d'expliquer son geste, même s'il ne comprend pas l'intérêt qu'il suscite...

Dans la vidéo mise en ligne par l'un de ses amis, lundi dernier, plusieurs personnes sont vues autour de l'étal de fortune de Somduth Ramdhoon. Aidé de ses amis, ce dernier remplit les sacs de la petite foule de patols, pipengailles, aubergines, piments entre autres. «Nou tou dimounn pov ki res par isi. Nou péna kas pou asté légim. Mo dir misié Ramdhoon mersi. Bondié pou donn li plis ki sa», dit une des bénéficiaires anonymes du groupe.

La vidéo a été filmée dimanche. «Ce n'est pas la première distribution que j'organise. Depuis le début du confinement, je fais cela tous les dimanches. C'était la cinquième semaine», dit Somduth le généreux. Il a commencé dès la première semaine de lockdown, lorsqu'il s'est rendu compte que la situation allait devenir intenable pour ceux au bas de l'échelle. Encore une fois, il réitère que sa démarche est tout à fait normale et qu'il est loin de se considérer comme un héros.

«Je ne roule pas sur l'or, mais au moins, je travaille. Le gouvernement fait ce qu'il peut, mais là, le monde entier est à genoux, et nous devons tous nous entraider. Et je pense que nous sommes tous au courant qu'il y a des gens qui ont besoin d'aide», poursuit-il, sa voix toujours légère. C'est sans réfléchir ni grandes annonces qu'il a alors commencé la distribution hebdomadaire de légumes. Combien de personnes a-t-il aidées jusqu'à présent ? Somduth Ramdhoon marque une pause. Il ne sait pas et n'a pas compté. «Peut-être une centaine de personnes par semaine», répond-il par la suite.

Le quinquagénaire a un «ti bazar» à Roches-Noires et un étal à la foire de Cité Martial. «Mais je n'ai pas d'expérience dans ce domaine. Cela ne fait que 42 ans que je vends des légumes», dit-il en riant. «J'ai commencé très tôt. Mo papa ti planter, mo rapel mo ti pé trap so lamé mo ti pé al avek li travay.» Les légumes, il connaît et sait à quel point cela peut aider. «Bann dimounn gagn enn kari pou dé-trwa zour. Je demande un peu autour de moi pour savoir où est-ce qu'il y a des personnes défavorisées et j'essaie de me rapprocher d'eux pour distribuer.» Mais semaine après semaine, cela ne représente-t-il pas un manque à gagner ? Pour Somduth Ramdhoon, c'est son effort pour aider le pays. Il précise toutefois qu'il n'est pas seul. Les encanteurs avec qui il travaille savent ce qu'il fait et lui offre des réductions sur une partie de ses achats. Au début du confinement, l'approvisionnement, que ce soit pour la distribution ou pour ses ventes, était compliqué, mais s'est grandement amélioré depuis qu'il a eu son WAP.

Mais tout n'est pas rose dans son monde. Si sa distribution a été saluée par la majorité des internautes qui ont commenté sa vidéo, il y a toutefois ceux qui ont fait ressortir le fait qu'il n'y a pas de distanciation sociale et que les sorties sont interdites les dimanches.

'Dimounn I koz ou'

«Ou konn sa santé 'Dimounn I koz ou' la ?» dit-il, toujours le sourire perceptible dans sa voix. Ces commentaires ne le découragent pas. Loin de lui l'envie d'aller à l'encontre des protocoles en place, mais il n'y avait simplement pas pensé... Mais dès cette semaine, ce sera un changement de plan. La distribution se fera les samedis après-midi. «J'ai aussi demandé à quelqu'un de mettre des marquages au sol et j'apporterai du sanitizer. Tout le monde vient avec son masque. Tout se fera selon le protocole préconisé», tient-il à rassurer. Jusqu'à quand va-t-il continuer ? Jusqu'à la fin du confinement au moins, répond-il sans détour.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.