Madagascar: Barrage Belobaka - Près de deux mille véhicules contrôlés

Depuis le début de l'isolement et la fermeture de la région Boeny aux autres destinations et surtout depuis l'application de l'état d'urgence sanitaire à Madagascar, le barrage sécuritaire mis en place à la sortie de Mahajanga est très actif.

Le barrage se trouve dans la commune rurale à Belobaka dans le district de Mahajanga 2. Tous les véhicules qui entrent sont contrôlés et désinfectés. Le lundi 5 avril, cent vingt-quatre véhicules ont été contrôlés par les responsables du barrage, cent soixante-cinq véhicules le mardi 6 avril, cent trente-huit voitures le mercredi 7 avril dernier etc.

Au total, neuf cent vingt-six véhicules ont été enregistrés à l'entrée de la ville et examinés, jusqu'au samedi 11 avril dernier. Des camions transportant des marchandises, fourgons, taxis-brousse et voitures particulières venant de la capitale ainsi que des camions citernes circulant sur la rn4 n'échappent pas au contrôle.

Par ailleurs, le cumul des véhicules aux barrières depuis le 23 mars jusqu'au lundi 12 avril dernier est de mille neuf cent soixante-douze véhicules dont quatre cent vingt-huit camions, cent quarante- quatre fourgons, deux cent quatre-vingt-quinze voitures particulières et mille cent cinq taxis-brousse de la zone régionale.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.