Cote d'Ivoire: Réalisation du projet "Côte d'Ivoire solidaire " - Le secteur privé salue le programme du Président Ouattara

Une rencontre a eu lieu, mercredi 14 avril 2021, à la primature entre les acteurs du secteur privé et Le premier ministre Patrick Achi.

Au menu des échanges, la part du privé dans la réalisation de "Côte d'Ivoire solidaire ", le programme de gouvernement du Président Alassane Ouattara.

La délégation du patronat ivoirien était conduite par Jean-Marie Ackah président de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d'Ivoire (CGECI) « Le programme de gouvernement du Président de la République fait du secteur privé un élément central du développement économique et social de notre pays, » a déclaré réjoui, le président de la CGECI.

Le premier ministre est revenu sur l'importance que le Chef de l'Etat accorde au privé ivoirien dans la transformation de l'économie. Notamment au niveau de nos matières premières.

Le secteur privé est aussi attendu dans la création d'emplois, priorité du gouvernement dirigé par .Patrick Achi.

Le patronat ivoirien a salué l'engagement fort du gouvernement à accompagner le secteur privé. Et exprimé sa « satisfaction de ce que secteur privé est reconnu dans son rôle de créateur de richesses et d'emplois » des mots de Jean-Marie Ackah.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.