Madagascar: Banditisme rural - Mandoto devient le centre névralgique, les "dahalo" tentent de corrompre les gendarmes

La situation qui prévaut dans le district de Mandoto dans la région Vakinankaratra prouve que l'insécurité en milieu rural est loin d'être maîtrisée.

Les "dahalo" ou les bandits de grand chemin font la loi et cela au détriment des paysans dont les ressources proviennent principalement de l'agriculture et de l'élevage. Ces activités, dont les recettes peinent à subvenir aux besoins des paysans. Le travail des champs devient également dangereux à cause de la recrudescence des actes de banditisme, notamment dans le district susmentionné. Le 12 avril vers 5 heures du matin, 20 individus armés de 10 fusils de chasse et d'armes blanches ont investi le village d'Ambahiboho Beomabalahy, fokontany Morafeno, commune Anjoma Ramartine, district Mandoto.

Les bandits ont volé 22 zébus et ont pris la fuite vers le Nord-Ouest du village en direction de la commune de Miandrivazo en traversant la rivière Mahazilo à Besakay, commune Dabolava. L'enquête sur cette affaire suit son cours mais aucun suspect n'a encore été arrêté. Malgré tout, le doute plane sur son issue car ce sont des réseaux bien structurés qui opèrent dans ce genre de vol dans le district. Ceux à la tête de ces réseaux n'hésitent d'ailleurs pas à corrompre les forces de l'ordre pour les faire taire.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.