Sénégal: Sédhiou / Résilience à la Covid-19 dans les établissements scolaires - Service de soutien psychosocial, le dernier rempart !

Les institutions scolaires de la région de Sédhiou continuent toujours de fonctionner à l'instar des autres du pays et ce, malgré la propagation de la maladie à coronavirus. L'école, en réalité, semble avoir capitalisé les expériences de la première vague. Pour autant, la résilience des acteurs mérite d'être renforcée afin d'éviter que les effets probables d'une pandémie en milieu scolaire ne compromettent les performances scolaires attendues et souhaitées. Les acteurs de l'orientation scolaire et professionnelle, sur l'étendue du territoire, se sont mobilisés pour orienter, former et sensibiliser la communauté scolaire grâce à l'appui du Programme d'Appui au Développement de l'Education Riposte et Résilience (PADES-RR). A terme, le dispositif déployé depuis le mois de janvier 2021 permettra de mieux garantir un climat émotionnel stable dans les établissements scolaires.

Pour faire face aux effets sociaux et psychologiques occasionnés par la Covid19 en milieu scolaire, une approche de proximité s'impose. C'est du moins la conviction des acteurs de l'orientation scolaire et professionnelle de la région de Sédhiou. «Les besoins d'écoute et de prise en charge sont tels qu'il demeure nécessaire de mettre en place des dispositifs itinérants de relation d'aide à la résilience.

Ainsi, dans l'académie de Sédhiou, cinquante établissements ont bénéficié de la présence des psychologues conseillers de janvier 2021 à avril 2021 pour leur permettre de remotiver les élèves/apprenants en leur permettant d'exposer individuellement leurs craintes et doutes, d'identifier les problèmes psychologiques et psychopédagogiques et de parvenir à leur résolution», explique Ousmane Cissé le directeur du centre académique de l'orientation scolaire et professionnelle de Sédhiou.

Et de poursuivre sur les attentes «c'est aussi les aider à mieux s'outiller, s'organiser et se gérer (méthodes d'apprentissage, organisation, gestion du temps, du stress des évaluations/examens... ) surtout dans ce contexte de pandémie». «Et enfin de leur donner des informations sur les opportunités en termes d'études, de formations professionnelles et de possibilités de carrière», dit-il. A travers les entretiens individuels et collectifs, l'administration de tests de motivation et de vulnérabilité, les psychologues conseillers ont posé les jalons d'un processus efficace de renforcement de la résilience d'une grande partie des acteurs de la communauté scolaire.

FORMATION DES RELAIS EN COMPETENCES PSYCHOSOCIALES DE BASE, UNE NECESSITE

Face à l'impossibilité d'être dans toutes les structures scolaires faute de moyens humains et logistiques adéquats et suffisants, il a été retenu de s'appuyer sur des relais. Ainsi, de façon représentative 75 acteurs du milieu scolaire ont participé au niveau des trois inspections de l'éducation et de la formation (IEF) de l'académie de Sédhiou du 17 au 24 mars 2021 à des séances de renforcement de capacité. L'objectif principal est de former les cibles aux compétences psychosociales et psychopédagogiques de base dans le contexte de riposte contre la Covid-19.

«Ces séances interactives de renforcement de capacité ont permis de préparer les enseignants et le personnel éducatif à répondre aux besoins psychosociaux et psychopédagogiques des élèves et apprenants et à gérer leur propre santé et bien-être, de mettre à jour ou de rétablir des mécanismes de référencement efficaces, du signalement et de référencement en milieu. Et enfin de rétablir les procédures à suivre en cas de suspicion d'infection. Les participants à ces activités ont eu droit à trois grandes masses sous forme de modules. La première masse a porté sur la problématique de la gestion de stress et le groupe de parole comme stratégie collective de gestion des vulnérabilités.

La deuxième masse a permis de partager deux documents stratégiques conçus par le Centre National de l'Orientation Scolaire et Professionnelle (CNOSP) et validés par le ministère de l'éducation nationale. Il s'agit, selon les acteurs de Sédhiou «d'un côté du vocabulaire du coronavirus expliqué aux apprenants» et de l'autre du «livret sur la stigmatisation». Quant à la troisième et dernière masse, elle a porté sur le protocole sanitaire avec un focus sur des questions relatives à l'hygiène respiratoire, aux masques et sur des généralités liées au vaccin.

UNE SYNERGIE DES ACTEURS POUR MIEUX IMPACTER

De même, la synergie des efforts conjoints entre le coordonnateur de l'inspection médicale des écoles (IME), Youssouph Mané et les psychologues conseillers du CAOSP ont permis, dans une dynamique participative, aux les élèves, aux enseignants, aux chefs d'établissement, aux CODEC et aux parents d'élèves d'avoir des ressources appropriées pour assurer la relance et la riposte dans ce contexte de la Covid-19. «Dans les échanges, un focus a été également mis, relativement à la volonté des participants, sur les phénomènes de grossesses précoces et de « Jinnee Maimouna» ou «crise hystérique» en milieu scolaire. Il a été ainsi retenu de plaider pour une mise en place d'un dispositif multi-acteurs à l'échelle académique pour une meilleure compréhension de ces phénomènes qui sont, sans conteste, de réelles sources de décrochage scolaire».

Pour leur part, les élèves des différents établissements scolaires ont souscrit à cette démarche de sensibilisation «pour mieux organiser la riposte à la prévalence de la maladie à coronavirus. Nous sommes les responsables de ce pays demain et si nos études sont perturbées, c'est l'avenir de tout un pays qui est compromis», a déclaré le jeune Souleymane élève au lycée Ibou Diallo de Sédhiou. Quant à Coumbamang Danso, président de l'union régionale des associations de parents d'élève, il dit se réjouir de cette initiative qu'il souhaite pérenne.

LA COMMUNAUTE AU CŒUR DU DISPOSITIF DE PREVENTION !

«Malgré les efforts consentis à tous les niveaux, il n'en demeure pas moins que le virus, très vicieux, s'adapte et se propage sous de nouvelles variantes. Le respect des gestes barrières, ne doit pas, pour autant souffrir de quelque relâchement que ce soit», a notamment souligner le directeur du Centre académique de l'orientation scolaire et professionnelle de Sédhiou (CAOSP). Ousmane Cissé a, en outre, relevé que «la garantie pour protéger l'institution scolaire de cette redoutable pandémie reste et demeure la communication et la sensibilisation». Ainsi, sur le terrain, le CAOSP Sédhiou a facilité l'organisation de cinq émissions au niveau des radios communautaire de Gabou Fm de Sédhiou, Kambeng Fm de Médina Wandifa, Kabaada Fm de Ndiamacouta, Yirwaa Fm de Tanaff et Pukumel FM de Goudomp.

Les animateurs de ces différentes radios se sont appuyés sur les personnes ressources locales pour véhiculer en langues locales (Mandingues, Peuls et Ballante surtout) des messages permettant de conscientiser la communauté de l'urgence d'un respect strict des gestes barrières. Ces tribunes ont également permis de sensibiliser les auditeurs et auditrices sur l'importance de la vaccination».

A signaler enfin que ces activités réalisées dans le cadre de ce plan d'actions sont financées par le PADES-RR et accompagné par l'Inspecteur d'Académie de Sédhiou, par ailleurs, Président du Comité Académique de Veille et d'Accompagnement Psychosocial (CAVAP). Grâce à un plan de suivi adapté, ces acquis connaîtront des résultats probants, rassure-t-on. En attendant, un appel est lancé pour l'implication d'autres projets et programmes afin de perpétuer et de généraliser ces activités au niveau de l'ensemble des structures scolaires.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.