Afrique: Pr Serigne Thiam, enseignant-chercheur à la faculte des sciences juridiques de l'UCAD - «L'idéologie a cédé sa place au Sénégal à des alliances contre nature»

Le Professeur Serigne Thiam, Enseignant chercheur à la Facultés des sciences juridiques et politiques de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) ne croit pas à la «résurrection» de la Gauche sénégalaise. Interpellé hier, mercredi 14 avril par la Rédaction de Sud quotidien, il a justifié son argumentaire par le fait que la question idéologique a cédé sa place au Sénégal à des alliances contre nature.

Interpellé hier, mercredi 14 avril par la Rédaction de Sud quotidien sur la question de savoir si la gauche a-t-elle les chances de réaliser son projet d'accéder au pouvoir dans un monde ou l'idéologique n'existe presque plus, le professeur Serigne Thiam, Enseignant chercheur à la Facultés des sciences juridiques et politiques de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) n'est pas allé par quatre chemins pour affirmer que ce projet est voué à l'échec.

Poursuivant son propos, le Pr Serigne Thiam justifie son argumentaire dans un premier temps par le fait que la «question idéologique a cédé sa place au Sénégal à des alliances contre nature». Et ensuite, par le fait que «la majorité des Sénégalais ne croient plus à des idéologies à plus forte raison une idéologie gauche qui renvoie au passé politique du Sénégal». «Ces partis n'ont aucune chance de gagner le cœur des Sénégalais.

En plus, je ne vois pas comment ils vont parvenir à réussir leur projet d'unification là où les socialistes, les libéraux ne sont pas parvenus quand ils étaient au pouvoir», a lancé l'Enseignant chercheur à la Facultés des sciences juridiques et politiques de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Poursuivant son propos, Pr Serigne Thiam d'ajouter toujours sur la même lancé que les sénégalais ne croient plus aux idéologies de même que les programmes politiques mais plutôt à des personnes. «Les gens s'identifient à des leaders politiques comme Ousmane Sonko, Macky Sall, Malick Gakou et non à des idéologies.

Ensuite, la plupart des leaders de la Gauche ont été au cœur de la conquête du pouvoir depuis 1960. Mais, la naissance des alliances contre nature au lendemain de l'arrivée au pouvoir de Me Abdoulaye Wade les a fortement fait reculer et fait perdre leur raison d'être».

Pour rappel, les partis de la gauche sénégalais membres de la Confédération pour la Démocratie et le Socialisme (CDS) sont entre autres, And-Jëj-PADS/Authentique (AJ/A) Conscience pour le Nouvel Ordre, Ligue Démocratique (CNNO), Parti de l'Indépendance et du Travail - Sénégal (PIT-Sénégal), Rassemblement des Travailleurs Africains-Sénégal / Péncoo Réew (RTAS/Penco Réew), Taaru Senegaal Taaru Afrig / Mouvement pour le Socialisme Autogestionnaire TSTA/MSA), Union pour la Démocratie et le Fédéralisme/ Mbooloo Mi UDF/Mbooloo mi, Yoonu Askan Wi / Mouvement pour l'Autonomie Populaire (YAW), Observatoire Républicain pour la Démocratie et la Citoyenneté (ORDC).

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.