Maroc: L'observatoire Euro-Med exhorte le Maroc à cesser de sévir contre la liberté d'expression dans le pays

Geneve — Les autorités marocaines ont continué de détenir les journalistes Omar Radi et Souleiman Raissouni à la prison d'Oukacha à Casablanca, ce qui les a conduits à déclarer une grève de la faim pour demander leur libération, a affirmé jeudi l'observatoire euro-méditerranéen des droits de l'Homme appelant à cesser de sévir contre la liberté de presse et la liberté d'expression dans le pays.

Exprimant sa grande inquiétude quant à l'état de santé des deux journalistes, l'observatoire euro-méditerranéen des droits de l'Homme a mis en garde dans un communiqué contre les répercussions liées à la grève de la faim entamée par les deux journalistes depuis le 8 avril dernier pour dénoncer leur maintient en détention provisoire.

Il explique que "leur décision est intervenue après que le tribunal eut rejeté de nombreuses requêtes soumises par leur défense pour une libération provisoire, car ils remplissent toutes les conditions nécessaires pour comparaître devant le tribunal".

L'observatoire s'est en outre inquiété sur le fait que, "la communication directe entre les détenus et leurs familles est interrompue depuis plusieurs jours", faisant savoir que, "le seul moyen de communiquer avec eux est de passer par leurs avocats".

Dans ce contexte, l'observatoire des droits de l'Homme déplore le comportement de l'administration pénitentiaire qui a mis "les journalistes à l'isolement et a maintenu leurs cellules fermées toute la journée, dans le but de faire pression et de les forcer à arrêter leur grève de la faim".

L'observatoire euro-méditerranéen a notamment exhorté les autorités marocaines à "prendre des mesures sérieuses et urgentes pour cesser de sévir contre la liberté de la presse et la liberté d'expression dans le pays et de garantir un environnement sûr et confortable pour que les citoyens puissent exercer leurs droits".

Le communiqué cite le témoignage de Driss Radi, le père d'Omar Radi qui a déclaré que l'état de santé de son fils est extrêmement mauvais à l'intérieur de la prison, car il a perdu une dizaine de kilos depuis son arrestation et souffre d'asthme et d'une autre maladie chronique qui affecte son intestin nécessitant un traitement continu.

En ce qui concerne Souleiman Raissouni, la même source a fait part de l'inquiétude qui s'est emparé de sa famille. Cette dernière a assuré que le détenu "a été soumis à l'isolement depuis sa incarcération et a perdu environ 15 kilos", en plus de souffrir d'hypertension artérielle chronique, exposant sa santé à un grand danger à cause de son refus de boire de l'eau.

La famille de Raissouni a également déclaré que les autorités de la prison, "ont fait une descente, au cours des derniers jours, dans la cellule de Souleiman d'une manière humiliante, ont trafiqué ses biens et lui ont demandé de mettre fin à sa grève de la faim s'il veut les récupérer".

L'observatoire des droits de l'homme a, en outre, relevé que, "le Maroc a été témoin d'une escalade des accusations de crimes sexuels portées contre des critiques, des journalistes et des militants", citant les cas de Hicham Mansouri, Toufik Bouachrine et de Hajar Raissouni.

Pour sa part, le chercheur juridique de l'observatoire euro-méditerranéen, Omar Adjlouni, a déclaré que "si les accusations portées contre les journalistes étaient valables, les autorités marocaines devraient enquêter d'urgence et garantir un procès équitable, au lieu de les maintenir en détention provisoire pour une période indéterminée".

"Le fait de maintenir les journalistes en détention provisoire de cette manière soulève des doutes quant au bien-fondé des allégations portées contre eux", a-t-il ajouté, assurant que "le Maroc est tenu de respecter les principes constitutionnels garantissant aux journalistes l'exercice de leurs fonctions professionnelles sans aucun harcèlement".

Les deux journalistes détenus sont connus pour avoir critiqué le bilan des droits humains au Maroc. En mars 2020, Omar Radi a été condamné à quatre mois de prison pour avoir écrit un tweet dans lequel il critiquait les procédures de procès inéquitables des militants du Hirak du Rif et leur emprisonnement alors que Raissouni est connu pour avoir rédigé des articles critiquant les autorités marocaines.

A La Une: Maroc

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.