Cameroun: Prix du pain à l'Ouest - Des bénéfices qui divisent

Alors que la baguette de 200 grammes reste vendue à 125 F, certains spéculateurs brandissent la menace d'une hausse en raison d'une baisse de la marge bénéficiaire.

Il est 8h ce mardi 13 avril 2021 dans une boulangerie de Bafoussam, capitale régionale de l'Ouest. Le pain du matin est déjà exposé dans les étagères. Les clients, à tour de rôle, se pressent au comptoir pour s'en procurer. Les prix sont mentionnés sur chaque variété de pain, au choix du client. Il peut se procurer du pain à 100 F (160 à 170 grammes) ; 125 F pour ce qui est appelé communément « baguette » et pèse 200 gr ou encore à 250 F (400 grammes). Cette réalité est observée un peu partout dans les boulangeries de Bafoussam. Le prix du pain reste donc inchangé. Pourtant, certaines rumeurs annoncent depuis bientôt une semaine une hausse du prix du pain. « Faux ! », rétorque un boulanger. Ce dernier explique cependant que le problème se trouve plutôt ailleurs et concerne une discorde entre les boulangers et les livreurs au sujet des marges bénéficiaires.

En fait, depuis 2009, selon un protocole d'accord signé entre le ministère du Commerce et le Syndicat patronal des boulangers du Cameroun, le prix de cession de la baguette de 200 grammes est fixé aux revendeurs à 105 F et à 125 F au guichet de la boulangerie, ainsi que dans les quartiers. A cette date, le sac de 50 kg de farine de blé coûtait 18 000 F. Bien après, ce prix va aller décroissant jusqu'à atteindre 13 000 F le sac en 2016. Face à cette situation heureuse, les boulangers vont baisser le prix de cession du pain aux livreurs à 90 F, voire 85 F. Cependant, avec la pandémie de corona virus, les prix de la farine ont connu une hausse depuis janvier 2021, au point de remonter désormais à 18 600 F et même 19 000 F le sac de 50 kg pour certaines gammes.

Pour ne pas tourner à perte ou occasionner une hausse du prix du pain aux consommateurs, les boulangers ont revu à la hausse le prix de cession du pain aux livreurs. Ainsi, de 90F ils sont repassés à 105 F, afin que ces derniers livrent à leur tour aux boutiquiers à 115 F. Ceux-ci devant écouler le pain aux consommateurs à 125 F. La marge bénéficiaire de 35 F, qui faisait le bonheur de ces deux maillons de la chaîne de distribution, a été réduite à 20 F. D'où les grincements de dents observés ces derniers jours. Serge Tonkale, revendeur de pain à Bafoussam et Bandjoun explique cette grogne des livreurs. « Avant, je pouvais avoir une recette journalière de 8 000 F après avoir enlevé les charges de carburant et autres. Aujourd'hui, je ne parviens même pas à obtenir 2 000 F la journée », raconte ce doyen de l'activité qui exerce depuis 1996 et livre près de 1 500 pains par jour. Pour les boulangers, la solution passe par la baisse du prix de la farine. « L'espoir demeure, car les grands pays producteurs de blé comme les Etats-Unis, le Canada, l'Ukraine sortent peu à peu de la crise du Covid-19. Nous espérons que le prix de la farine va baisser pour que tout puisse rentrer dans l'ordre », confie le boulanger.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.