Afrique: Perspectives économiques régionales pour l'Afrique subsaharienne - Faire face à une longue pandémie

document

Allocution de M. Abebe Aemro Selassie, Directeur, Département Afrique, FMI

le 15 avril 2021

Bonjour !

Nous vous remercions tous de nous rejoindre à l'occasion de la sortie de l'édition d'avril 2021 des Perspectives économiques régionales pour l'Afrique subsaharienne.

Avant de passer à notre évaluation des perspectives économiques, des enjeux et des priorités d'action, je tiens à prendre le temps de...

... faire quelques observations sur la pandémie et l'évolution sanitaire dans la région.

Depuis notre édition d'octobre 2020 des Perspectives économiques régionales, l'Afrique subsaharienne a fait face à une deuxième vague de la pandémie. Cette deuxième vague a été de plus grande ampleur et plus rapide que la première.

Dans le même temps, à l'échelle mondiale, le développement d'un vaccin efficace a fait l'objet d'un effort véritablement exceptionnel. Cependant, le processus de fabrication, d'acquisition et de déploiement des vaccins a débuté lentement et de manière très inégale.

Certains pays avancés ont acquis suffisamment de vaccins pour vacciner leur propre population plusieurs fois. Par contre, de nombreux pays d'Afrique subsaharienne ont du mal à simplement vacciner leurs travailleurs essentiels de première ligne, Peu d'entre eux auront accès à des vaccins à grande échelle avant 2023.

Étant donné cette difficulté d'accès aux vaccins, bon nombre de pays de la région risquent de faire face à de nouvelles vagues d'infections.

Ce n'est pas seulement un problème local. Assurer une couverture vaccinale pour l'Afrique subsaharienne constitue un bien public mondial.

La communauté internationale doit se rassembler pour éviter de limiter la diffusion de vaccins ou de matériel médical, assurer le financement intégral de mécanismes multilatéraux tels que le COVAX et redistribuer rapidement les doses de vaccins excédentaires des pays riches.

Les coûts économiques et humains pour la région sont véritablement sans précédent.

Nous estimons que l'économie régionale s'est contractée de 1,9 % en 2020. Cette contraction est un peu moins grave que celle prévue en octobre dernier, mais elle reste le pire résultat jamais enregistré dans la région. Heureusement, la région se redressera cette année et une croissance de 3,4 % est attendue. Néanmoins, la production par habitant ne devrait retrouver son niveau de 2019 qu'après 2022.

Les difficultés économiques ont causé des bouleversements sociaux considérables. Dans de nombreux pays, le revenu par habitant ne retrouvera son niveau d'avant la pandémie qu'en 2025. Le nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté en Afrique subsaharienne a augmenté de plus de 32 millions, selon nos projections. Par ailleurs, la perte d'apprentissage pour les jeunes est énorme. Les jeunes de la région ont manqué 67 jours d'instruction, c'est-à-dire plus de quatre fois plus que les jeunes des pays avancés.

Des années de progrès risquent d'être annulées, et la région risque de se laisser distancer par le reste du monde.

Les perspectives de l'Afrique subsaharienne devraient diverger de celles du reste du monde : le manque de marge de manœuvre et les difficultés de déploiement des vaccins entravent la reprise à court terme. Si les pays avancés ont mis en œuvre des mesures de soutien extraordinaires qui tirent aujourd'hui leur reprise, la plupart des pays d'Afrique subsaharienne n'ont pas les moyens d'en faire de même.

Comme nous l'avons noté depuis le début de la pandémie, les perspectives sont sujettes à une incertitude extraordinaire. Le principal risque est que la région affronte de nouveaux épisodes de COVID-19 avant de disposer de vaccins à grande échelle. Mais toute une série d'autres facteurs, par exemple un accès limité à des financements extérieurs, l'instabilité politique, la sécurité intérieure ou des phénomènes climatiques, pourrait mettre en péril la reprise. Sur une note plus positive, un approvisionnement ou une distribution plus rapide que prévu des vaccins pourrait rehausser les perspectives à court terme de la région.

J'en viens ainsi aux politiques et aux priorités d'action pour entretenir la reprise.

La priorité immédiate est de sauver les vies. Il s'agit de dépenser davantage pour renforcer les systèmes de santé locaux et les mesures d'endiguement, ainsi que pour acquérir et distribuer des vaccins. Pour la plupart des pays, le coût de la vaccination de 60 % de la population exigera d'augmenter les dépenses de santé de pas moins de 50 %.

La seconde priorité consiste à renforcer la reprise et à débloquer le potentiel de croissance de l'Afrique subsaharienne. Des réformes audacieuses et porteuses de transformations sont donc plus urgentes que jamais. Il faut notamment opérer des réformes pour renforcer les systèmes de protection sociale, promouvoir le passage au numérique, améliorer la transparence et la gouvernance, ainsi qu'atténuer le changement climatique.

Pour exécuter ces réformes, tout en surmontant les séquelles de la crise, des choix difficiles devront être faits. Les pays devront resserrer leur politique budgétaire pour faire face à leur vulnérabilité sur le plan de l'endettement et assainir les bilans publics ; c'est particulièrement le cas des 17 pays de la région qui sont en situation de surendettement ou risquent fort de l'être.

En accroissant les recettes intérieures, en donnant la priorité aux dépenses essentielles et en gérant plus efficacement la dette publique, les dirigeants peuvent créer l'espace budgétaire dont ils ont besoin pour investir dans la reprise.

Mais la région ne peut pas y arriver toute seule, ce qui m'amène à mon dernier point, à savoir le rôle de la communauté internationale et le besoin crucial d'une aide supplémentaire.

Avec la communauté internationale, le FMI a agi rapidement pour satisfaire en partie les besoins de financement d'urgence de la région. Nous avons apporté de l'aide au moyen de nos mécanismes de financement d'urgence, accru l'accès à nos ressources dans le cadre d'accords existants et allégé la dette des pays les plus vulnérables au titre du fonds fiduciaire d'assistance et de riposte aux catastrophes.

L'initiative de suspension du service de la dette du G20 a aussi accordé un répit précieux à de nombreux pays de la région, en allégeant le service de la dette de plus de 6,5 milliards de dollars à compter de la mi-2020 jusqu'à la mi-2021. Pour les pays où un allégement de plus grande ampleur pourrait être nécessaire, le cadre commun du G20 pour le traitement de la dette pourrait offrir des solutions adaptées aux circonstances de chaque pays.

Cependant, il en faut beaucoup plus pour accroître les dépenses consacrées à la lutte contre la pandémie, maintenir des réserves suffisantes et accélérer la reprise de manière à ce que l'écart de revenu avec le reste du monde se comble plutôt que de se creuser. À cet effet, les pays d'Afrique subsaharienne auront besoin d'un financement extérieur supplémentaire d'environ 425 milliards de dollars sur les cinq prochaines années.

Une allocation de DTS par le FMI constituerait un pas important, car elle fournirait des liquidités à la plupart des pays vulnérables d'Afrique subsaharienne.

Cependant, pour que l'ensemble de ses besoins soit satisfait, la région doit compter sur des contributions de taille de toutes les sources possibles : apports de capitaux privés, institutions financières internationales, aide sans effet sur l'endettement sous la forme d'aide publique au développement, allégement de la dette et développement des capacités de manière à ce que les pays puissent effectivement accroître leurs dépenses de développement. Nous examinerons ces questions lors du sommet international de haut niveau sur le financement pour l'Afrique qui se déroulera en mai prochain.

Je vous remercie de votre attention et je vous cède la parole si vous avez des questions.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.