Afrique: Les enjeux en Afrique subsaharienne en six graphiques

document

BY:

Abebe Aemro Selassie et Shushanik Hakobyan

Département Afrique du FMI

le 15 avril 2021

L'Afrique subsaharienne reste aux prises avec la pandémie, dont le coût économique est sans précédent.

À consulter

Perspectives économiques régionales pour l'Afrique subsaharienne

Le FMI et les pays à faible revenu

Le FMI et les droits de tirage spéciaux

Prêts du FMI : fiche technique

Bien que les perspectives de la région se soient améliorées depuis octobre 2019, la contraction de 1,9 % de l'activité économique observée en 2020 reste le pire résultat jamais enregistré par la région. En 2021, l'Afrique subsaharienne sera la région du monde où la croissance sera la plus lente et elle risque de se faire distancer davantage tandis que l'économie mondiale rebondit. Notre dernier rapport sur les Perspectives économiques régionales pour l'Afrique subsaharienne examine ces questions plus en détail.

Sur la base des prévisions actuelles, le PIB par habitant dans beaucoup de pays ne devrait retrouver son niveau d'avant la crise qu'à la fin de 2025. L'accès restreint aux vaccins et le manque d'espace budgétaire dans les pays de la région devraient peser sur les perspectives. En conséquence, l'écart entre la croissance de l'Afrique subsaharienne et celle du reste du monde devrait se creuser davantage au cours des cinq prochaines années.

Pour soutenir la croissance future et exécuter des réformes porteuses de transformations, les pays les plus pauvres d'Afrique subsaharienne auront besoin d'une aide internationale pour satisfaire des besoins supplémentaires de financement extérieur à hauteur de 245 milliards de dollars pour les cinq prochaines années ; pour l'ensemble de la région, ces besoins supplémentaires s'élèvent à 425 milliards de dollars. La prolongation de l'initiative du G20 pour la suspension du service de la dette jusqu'en décembre 2021 et le nouveau cadre commun relatif à la dette peuvent être utiles à cet égard. L'allocation de droits de tirages spéciaux à hauteur de 650 milliards de dollars qui a été proposée fournirait environ 23 milliards de dollars aux pays d'Afrique subsaharienne, ce qui les aiderait à accroître leurs liquidités et à combattre la pandémie. Mais pour satisfaire ces besoins, l'Afrique subsaharienne aura besoin de contributions de toutes les sources potentielles, parmi lesquelles les institutions financières internationales et le secteur privé, ainsi que d'une aide des donateurs qui soit sans effet sur leur endettement.

« La crise n'est vaincue nulle part jusqu'à ce qu'elle soit vaincue partout. Il faudra s'efforcer à l'échelle mondiale de donner à l'Afrique subsaharienne une chance équitable d'avoir une reprise durable et un avenir prospère », a noté Abebe Aemro Selassie, directeur du département Afrique du FMI.

Les six graphiques ci-dessous illustrent la situation:

L'Afrique subsaharienne sera la région du monde où la croissance sera la plus lente en 2021. La région devrait connaître une croissance de 3,4 %, portée par la reprise de l'économie mondiale, l'augmentation des échanges commerciaux, la hausse des prix des produits de base et un retour des entrées de capitaux. Cependant, la reprise en Afrique subsaharienne devrait être à la traîne de celle du reste du monde, avec une croissance cumulée du PIB par habitant de 3,6 % sur la période 2020-2025, soit bien en deçà de celle du reste du monde (14 %). Au sein de la région, la divergence qui existait entre les pays riches et pauvres en ressources naturelles persistera. Les pays qui ne sont pas tributaires des ressources naturelles devraient enregistrer une hausse moyenne de leur revenu par habitant de 21,6 % d'ici 2025. Dans les pays exportateurs de pétrole, qui figurent parmi les plus peuplés de la région, le revenu par habitant n'augmentera pas sur cette période.

Un accès restreint aux vaccins, leur déploiement plus lent et le coût potentiellement élevé des vaccinations freinent la reprise en Afrique subsaharienne. Certains pays avancés ont obtenu suffisamment de doses pour vacciner leur propre population plusieurs fois, alors que bon nombre de pays d'Afrique subsaharienne auront du mal à simplement vacciner leurs travailleurs essentiels de première ligne cette année. L'Afrique subsaharienne représente 15 % de la population mondiale, mais au 5 avril, seulement 0,5 % de toutes les doses administrées à l'échelle mondiale l'ont été dans des pays d'Afrique subsaharienne. 38 des 45 pays de la région comptent sur le mécanisme COVAX, une initiative internationale dont l'objectif est de garantir une distribution équitable des vaccins, et sur l'Union africaine pour accéder à des vaccins. Le mécanisme COVAX a commencé à fournir des doses à la région, mais l'approvisionnement est limité.

Le succès du déploiement des vaccins dépend aussi largement de l'infrastructure de distribution (par exemple, stockage avec chaîne du froid), dont manquent beaucoup de pays de la région. Par ailleurs, le coût de la vaccination de 60 % de la population pourrait être excessif pour certains pays, atteignant 50 % des dépenses de santé de 2018 en République démocratique du Congo et en Gambie par exemple. Le coût des vaccinations représente plus de 2 % du PIB pour un quart des pays de la région. Il pourrait doubler ou tripler s'il était nécessaire de procéder à des injections de rappel. La communauté internationale doit jouer un rôle crucial en éliminant les restrictions à la diffusion des vaccins ou du matériel médical, en finançant intégralement des mécanismes multilatéraux tels que le COVAX et en redistribuant rapidement les doses de vaccins excédentaires.

La crise de la COVID 19 devrait annuler des années de progrès économiques et sociaux et avoir des séquelles économiques durables dans la région. Selon nos projections, le nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté en Afrique subsaharienne a augmenté de 32 millions en 2020 ; le nombre de jours d'école manqués est plus de quatre fois plus élevé que dans les pays avancés, et l'emploi a baissé d'environ 8,5 % en 2020. Pour ce qui est des moyens de subsistance, le revenu par habitant est retombé à son niveau de 2013. Il est nécessaire de mettre en place des filets de sécurité sociale plus solides pour aider rapidement et de manière efficiente ceux qui en ont le plus besoin afin d'éviter des séquelles permanentes.

Pour créer la marge de manœuvre nécessaire afin de soutenir la reprise, il convient d'assainir les bilans publics et privés. Les pays d'Afrique subsaharienne ont abordé la crise avec une dette élevée et moins de moyens pour dépenser. Les trains de mesures budgétaires liées à la pandémie dans la région n'ont atteint que 2,6 % du PIB en moyenne en 2020, soit bien moins que les 7,2 % du PIB dépensés par les pays avancés. Cependant, la dette publique en Afrique subsaharienne a augmenté pour atteindre plus de 66 % du PIB (moyenne pondérée de 58 %) en 2020, soit son niveau le plus élevé depuis près de 15 ans, à cause dans une large mesure d'une baisse des recettes et du PIB. Dix-sept pays, représentant environ un quart du PIB de la région, ou 17 % de la dette de la région, présentent donc maintenant un risque élevé de surendettement, ou sont déjà en situation de surendettement.

Les bilans du secteur privé ont été durement touchés par la pandémie aussi. Les ventes mensuelles des entreprises se sont effondrées de 40 à 80 % en 2020 par rapport à leur niveau d'avant la crise. Entre 50 et 80 % des ménages interrogés ont déclaré une perte de revenus au pic de la première vague de la pandémie lorsque des mesures d'endiguement étaient mises en place. Le ratio des prêts improductifs n'a augmenté que de manière modeste jusqu'à présent dans la région, en raison de l'assouplissement temporaire de la réglementation décidé par les pays pendant la crise.

Pour débloquer le potentiel considérable de l'Afrique subsaharienne, il faut opérer des réformes audacieuses et porteuses de transformations.

Chaque jour, plus de 90 000 personnes se connectent à Internet pour la première fois en Afrique subsaharienne. Exploiter la révolution numérique renforcerait la résilience et l'efficience de l'Afrique subsaharienne, élargirait l'accès aux marchés mondiaux, améliorerait la fourniture des services publics, renforcerait la transparence et la responsabilisation, et favoriserait la création de nouveaux emplois.

Chaque semaine, les pays d'Afrique subsaharienne exportent des marchandises à hauteur d'environ 6,5 milliards de dollars. Mais seulement environ un cinquième de ces exportations sont destinées à d'autres pays de la région. La mise en œuvre de la nouvelle zone continentale de libre-échange non seulement réduirait la vulnérabilité de l'Afrique aux perturbations de l'économie mondiale, mais aussi stimulerait la concurrence régionale, améliorerait la productivité, attirerait des investissements étrangers et favoriserait et la sécurité alimentaire.

Chaque année, 20 millions de nouveaux demandeurs d'emploi arrivent sur le marché du travail en Afrique subsaharienne : c'est l'un des plus grands atouts de la région à long terme. Au cours des 10 à 15 prochaines années, près d'un sur deux des nouveaux arrivants sur le marché du travail à l'échelle mondiale viendra d'Afrique subsaharienne, et avec une population de plus en plus urbanisée, des réformes transformatrices qui renforcent les systèmes de protection sociale, facilitent le passage au numérique, améliorent la transparence et la gouvernance, et atténuent le changement climatique contribueraient à accroître la consommation de la région, ce qui pourrait aussi tirer la demande mondiale de biens et services. Les dirigeants devront créer davantage d'espace budgétaire pour exécuter ces réformes en accroissant les recettes intérieures, en renforçant l'efficacité et l'efficience des dépenses, et en gérant la vulnérabilité liée à la dette publique.

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.