Sénégal: Saisie record de faux médicaments à Dakar - Une enquête sérieuse et approfondie réclamée

15 Avril 2021

Les réactions se multiplient au lendemain de la saisie record d'une grande quantité de faux médicaments effectuée mercredi à la Patte D'Oie et aux Parcelles Assainies de Dakar. Pharmaciens et consommateurs réclament une enquête sérieuse pour élucider cette sordide affaire.

Les éléments de la Sureté urbaine (SU) de la police nationale ont mené mercredi une opération de démantèlement d'une importante quantité de médicaments contenue dans des caisses bien empilées dans les locaux d'un immeuble de 2 étages niché au cœur de la Patte d'Oie (Dakar). Une saisie record qui ne laisse pas indifférent le président de SOS Consommateurs. Me Massokhna Kane parle d'ailleurs d'un crime qui peut avoir des conséquences économiques et sur la santé des populations.

« Il s'agit d'un crime dont les conséquences sont désastreuses aussi bien sur le plan économique que sur le plan de la santé publique. Ce sont des réseaux criminels qui se font beaucoup d'argent sur le dos des populations », a-t-il martelé. A ce titre, l'avocat estime que son organisation réclame une enquête exhaustive. « Nous demandons une enquête approfondie, qu'on n'envoie pas les gens qui ont déjà été arrêtés en flagrant délit, qu'on ouvre une information judiciaire pour chercher les véritables coupables afin d'aller jusqu'à la source de cette affaire qui est d'une gravité extrême », a plaidé Me Kane.

Dans cette affaire, l'Ordre des pharmaciens du Sénégal a saisi la justice alors que des additions dans le cadre de l'enquête sont déjà en cours au niveau du Commissariat central de Dakar.

Mais, pour le président du Syndicat national des pharmaciens privés du Sénégal, Docteur Assane Diop, ne croit...

« On ne peut pas comprendre qu'au Sénégal, après tout ce qu'on a eu à faire durant les années passées pour lutter contre le trafic, qu'on continue à découvrir, à opérer des saisies aussi importantes que l'on peut évaluer à plusieurs milliards en valeur et plusieurs tonnes en volume », s'est-il interrogé. Sur cette affaire, Dr. Diop décline deux possibilités : « ou bien ils ont trompé la vigilance des forces de l'économie ou il y a une complicité ». Car, il s'est dit convaincu qu'«un volume comme ça ne peut pas rentrer dans le pays aussi simplement. Ce n'est pas par des petits véhicules qu'on fait entrer ces produits-là, ce sont des containers qui ne peuvent passer ailes que le cordon douanier ».

Ce que risque les pharmaciens interpellés

Parmi les 6 individus déjà interpellés par la police, deux sont des pharmaciens. Ces derniers, si toutefois leur implication présumée est avérée, risquent gros, en vertu des règles qui régissent le métier de pharmacien. En effet, selon les textes ils pourraient être traduits devant le Conseil de discipline de l'Ordre des pharmaciens du Sénégal. « Le pharmacien fautif pourrait être représenté par un avocat ou par un autre confrère. A l'issue des débats, le Conseil de discipline pourra prendre 4 sanctions », a déclaré Docteur Mamadou Sow. Il s'agit, selon lui, de l'avertissement, du blâme avec inscription au dossier, de l'interdiction d'exercice temporaire pour une période de 3 mois à 2 ans et de l'interdiction définitive d'exercice.

« Lorsque le pharmacien est frappé d'une interdiction (temporaire ou définitive), c'est le ministre de l'Intérieur, par l'intermédiaire de son collègue de la Santé, qui va assurer l'exécution de cette sanction de l'Ordre des pharmaciens », ajoute le Dr. Sow.

A signaler, toutefois, que le pharmacien sanctionné lors du Conseil des sections de l'Ordre pourra faire appel au niveau du Conseil national, mais une fois que celui-ci décide la sanction sera définitive.

L'autre précision faite par ce membre de l'ordre des pharmaciens du Sénégal : « pour des raisons de santé publique », la sanction peut ne peut concerner l'officine de pharmacie !

A rappeler que dans l'histoire, deux pharmaciens sénégalais ont eu à faire l'objet de sanction d'interdiction en 2016. S. GUEYE

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.