Guinée: Contrairement au système du parti Etat du RPG qui a en poche le système judiciaire, l'UFDG mettra en place un système judiciaire indépendant.

Contrairement au système du parti Etat du RPG qui a en poche le système judiciaire, l'UFDG mettra en place un système judiciaire indépendant.

《D'une manière générale, l'Administration publique fait l'objet d'une défiance des populations et de méfiance des investisseurs dans les pays en voie de développement dont la Guinée. Sous le régime de l'UFDG, la restauration de la confiance constituera la « pierre angulaire » de la politique de développement.

La justice Guinéenne est caractérisée, aujourd'hui, par son inefficacité et son

manque d'indépendance et d'intégrité. Il n'est pas exagéré de dire qu'il existe une profonde crise de confiance entre la justice et les justiciables. Jamais la justice n'a été si éloignée des populations.

La réforme de la Justice et la lutte contre la corruption apparaissent dès lors comme une nécessité incontournable pour éviter le règne de l'arbitraire. C'est seulement à ce prix que la Justice recouvrera véritablement sa place de troisième pouvoir, à la fois indépendant, impartial et diligent, condition « sine qua non » d'un développement harmonieux et durable du pays.

Mais, il y a de plus préoccupant. Bon nombre de magistrats et d'auxiliaires de justice (avocats, huissiers, greffiers, commissaires-priseurs) n'ont pas une

connaissance approfondie de la loi en général et des textes qui encadrent

l'exercice de leur profession en particulier. Ce qui diminue la qualité et la pertinence de leur prestation.

Tous ces facteurs précités soulignent l'urgence d'une réforme profonde de la

justice afin qu'elle puisse remplir dans la sérénité, de façon indépendante et

impartiale, sa mission de service public au profit exclusif des populations et du

développement du pays. Les reformes de l'UFDG, dans ce secteur consisteront à :

-Améliorer les conditions de détention notamment des femmes et des malades

-Rénover en les modernisant les infrastructures

-Renforcer les moyens et les effectifs de l'administration pénitentiaire

-Créer et mettre un système viable de réinsertion des ex-détenus dans la

vie active.

-Renforcer les mécanismes de règlement des litiges notamment la médiation, la conciliation et l'arbitrage

-Désengorger les juridictions par des solutions consensuelles.

-Œuvrer au renforcement de l'intégration juridique des Etats partie de

l'Organisation pour l'Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique

(OHADA) dans l'optique d'offrir aux investisseurs plus de sécurité

juridique et de garantie juridictionnelle.》

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.