Afrique Centrale: Des mercenaires russes en Centrafrique

De gauche à droite, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le président russe Vladimir Poutine, le président russe Youri Ouchakov, le ministre russe de l'Énergie Alexander Novak et le président de la République centrafricaine Faustin Archange Touadéra, troisième à droite, au cours des entretiens Russie-République centrafricaine en marge de la Sommet Russie-Afrique 2019 au Parc Sirius de la science et de l'art à Sotchi, Russie, 23 octobre 2019.

De larges pans du territoire centrafricain sont toujours aux mains de groupes rebelles. Le gouvernement a alors fait appel à des mercenaires russes.

Le ministère russe des Affaires étrangères n'a répondu que de manière évasive à nos questions.

"Des spécialistes militaires de Russie sont envoyés dans le pays en stricte conformité avec le régime de sanctions décrété par le Conseil de sécurité des Nations unies", nous répond-on depuis Moscou.

Officiellement, ces "experts" russes seraient au nombre de 535 en Centrafrique. Pourtant, certains estiment qu'ils seraient plus d'un millier, en ne comptant que ceux du groupe privé Wagner.

Et il ne s'agit pas de touristes russes, comme l'explique Paul Stronski, de la Fondation Carnegie pour la paix dans le monde.

"C'est un commerce lucratif. Ils ont des liens avec le crime organisé et exploitent les richesses naturelles de la Centrafrique et ça leur permet de montrer leur influence sur le continent africain, dans un pays qui a une situation géographique centrale", estime Paul Stronski.

Engagement militaire russe

Le chef de la diplomatie russe rencontre le président Touadéra en 2017 pour la première fois. Deux mois plus tard, la Russie obtient l'autorisation exceptionnelle de l'Onu de livrer des armes à la Centrafrique, en dépit de l'embargo en vigueur. Et en juillet 2018, les premiers conseillers militaires russes et des mercenaires du groupe Wagner sont envoyés sur place.

A la suite d'un voyage de Faustin Archange Touadéra à Moscou, la République centrafricaine a délivré en mai 2018, des licences d'exploitation minière à des entreprises russes, pour l'or, les diamants et l'uranium.

Ce qui montre, selon Paul Stronski, que les objectifs de la Russie ne sont pas tant politiques et philanthropiques qu'économiques.

"La Russie cherche à augmenter son influence dans le monde. (... ) La RCA est un bon point de départ pour s'implanter, d'un point de vue stratégique. La Russie a cherché à accréditer la théorie selon laquelle les puissances occidentales sont la cause de tous les problèmes, à cause de la colonisation, et que les problèmes actuels trouvent leur explication dans le passé", explique l'expert.

Atteinte aux droits de l'homme

Le chercheur évoque notamment des campagnes de "fake news", une propagande relayée par les médias locaux, pour attiser l'hostilité à la France.

Il y a peu, l'ambassadeur russe à Bangui a aussi proféré des menaces d' "élimination" à l'endroit de l'ancien président centrafricain, François Bozizé, qui a longtemps bénéficié du soutien de Paris.

Les mercenaires russes sont accusés par l'Onu de "graves violations des droits humains" en RCA : des exécutions extrajudiciaires, des arrestations arbitraires et des attaques de structures civiles notamment. Des accusations rejetées par le Kremlin.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.