Ethiopie: Le Conseil de sécurité toujours divisé sur le Tigré, où la situation empire selon l'ONU

As reports of atrocities by fighters emerge in Tigray, women are struggling to feed their families. The World Food Programme provided urgently needed supplies to more than 28,000 more people on March 29.

A New-York jeudi, le Conseil de sécurité s'est réuni pour évoquer la situation au Tigré, pour la 5e fois en privé depuis le début de la crise en novembre. La situation humanitaire a occupé la majeure partie des discussions - et les diplomates ont été choqués des rapports faits sur l'utilisation du viol par les hommes en uniforme, ainsi que la famine, comme armes de guerre.

Le chef de l'humanitaire à l'ONU, Mark Lowcock, n'a pas épargné les diplomates des détails. Il y a raconté comment une femme du Tigré avait perdu son nouveau-né, puis son mari, avant de se faire violer par plusieurs soldats érythréens devant le reste de ses enfants. Il a rapporté aussi que des fillettes dès 8 ans étaient des cibles. Malgré la réunion en visioconférence, tous les diplomates semblaient particulièrement bouleversés par ces récits.

Le Conseil est divisé, avec d'un côté la Russie, la Chine, le Kenya, soutenus par les pays africains du Conseil, qui estiment qu'Addis Abeba a déjà fait des efforts avec les annonces d'accès humanitaire et leur appel au départ des Erythréens.

De l'autre, les pays occidentaux qui affirment suivre de près la mise en oeuvre des déclarations éthiopiennes, et commencent - pour certains- à s'impatienter. Les Etats-Unis, choqués du manque d'unité du Conseil, aimeraient ainsi passer à la vitesse supérieure pour donner un signal clair au gouvernement éthiopien.

Mark Lowcock a en tous cas été catégorique : la situation au Tigré a empiré, 4,5 millions sur 6 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire selon lui. Il a ainsi provoqué la furie de l'ambassadeur éthiopien à l'ONU qui l'a accusé de se comporter en « ennemi déterminé ».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X