Madagascar: Club STEM - De la nécessité de la participation des femmes

Le nouveau millénaire est celui de l'ère numérique. Si mTomady utilise la technologie mobile pour l'accès à la santé pour tous, les domaines de la Science, de la Technologie, de l'ingénierie et des Mathématiques s'ouvrent petit à petit aux femmes. Le nouveau millénaire est également celui des STEM.

Les domaines de la Science, de la Technologie, de l'Ingénierie et des Mathématiques (STEM) ne sont pas réservés aux hommes. Ce sont des stéréotypes, des standards socio-économiques et des croyances profondes dans certains pays qui ont fait que les femmes restent peu représentées dans ces domaines. La statistique mondiale établie par l'UNESCO indique que les STEM sont encore largement dominés par les hommes qui sont présents à 70%. Dans certains pays, malheureusement, ils sont encore à 100% à travailler, cantonnant les femmes aux tâches familiales.

Cette situation peut également constituer un frein pour les filles et les femmes dans la poursuite d'une carrière scientifique. Au niveau des études universitaires, les chiffres de l'UNESCO sont vraiment révélateurs car seulement moins d'un tiers des étudiantes construisent leurs carrières d'études dans les domaines des STEM, et la communauté scientifique mondiale est constituée de moins de 30% de femmes. C'est une situation qui constitue à la fois une faille supplémentaire dans l'égalité homme - femme, mais surtout une fracture au niveau du dynamisme écoonmique des pays. Les STEM sont pourtant les domaines les plus porteurs dans les pays les plus avancés qui possèdent des industries fortes et prospères.

Face à cette situation, l'UNESCO a renforcé son engagement en faveur de l'éducation aux STEM, appuyant particulièrement les filles et les femmes. Actif à Madagascar depuis 2019, un Club STEM a été créé avec l'UNESCO et et le Ministère de l'Éducation nationale et de l'Enseignement technique et professionnel (MENETP), avec l'appui de la Commission nationale malgache pour l'UNESCO. Le Club STEM a été mis en place et a mis en œuvre des programmes dans trois régions. Sa mission est de permettre aux jeunes issus de 14 établissements scolaires publics et privés des régions d'Atsinanana, d'Itasy et de Boeny de découvrir et de se familiariser avec le domaine des STEM. Ce club poursuit l'accompagnement de ces jeunes, et plus particulièrement des filles, et les incite à faire partie d'un réseau constitué par les Club STEM d'autres pays et d'autres régions..

Pour la période 2020 - 2021, le Club STEM s'est attelé au lancement de plusieurs concours de création dans plusieurs disciplines, comme le dessin, l'animation ou encore le court-métrage, suivant les thématiques des STEM. Ce concours touche l'ensemble du territoire national, avec la collaboration de l'association de jeunes de "Ikala STEM", plus expérimentés dans ce type de mission. Cette action est appuyée par le Ministère de l'Éducation nationale et l'UNESCO.

À ce titre, une remise de prix aux jeunes vainqueurs s'est tenue le 11 Février 2021 à Antananarivo à l'occasion de la célébration de la Journée internationale des femmes et filles de science. D'autres délivrances de résultats et remises de prix viendront s'ajouter à cette première série de prix. Mais le plus important dans cette initiative est la possibilité de discuter avec les jeunes filles, les éducateurs et les parents de la disparité de genre dans le domaine des STEM, de remonter des retours d'expériences, de promouvoir la participation pleine et équitable des filles et des femmes à Madagascar. Le programme du Club STEM se résume ainsi à mettre en avant le rôle essentiel que jouent les filles et les femmes dans le façonnement du monde actuel et futur.

mTOMADY - Mise sur le digital pour l'accès aux soins

mTomady dont le m signifie technologie mobile et tomady se traduit littéralement en « robuste et en bonne santé » est le nom de la plateforme digitale développée pour contribuer à l'Objectif de Développement Durable 3, ODD 3. mTomady est un accès à la santé pour tous.

Pourriez-vous nous dire quel est l'objectif de mTOMADY?

Elsa Rajemison : mTOMADY a été conçue en premier lieu pour répondre à la problématique de la barrière financière pour l'accès aux soins, et en même temps pour l'inclusion financière en santé. Le paiement à 100% des soins de la poche des patients est prédominant. Cela a pour conséquence la renonciation aux soins, même dans des cas critiques ou une situation financière catastrophique. Chaque année, près d'un demi-million de personnes à Madagascar, et 20 millions en Afrique sub-saharienne sont poussés dans l'extrême pauvreté à cause du paiement des dépenses de santé (source: Banque mondiale, Instat).

Comment mTOMADY permet-elle de contribuer à réduire les barrières financières aux soins?

Dr. Julius: Nous fournissons l'outil technologique pour appuyer les efforts du gouvernement et des partenaires techniques et financiers vers une couverture santé universelle. La plateforme digitale mTOMADY permet à un individu et sa famille d'accéder à différents programmes de protection financière pour la santé en possédant une simple carte SIM, peu importe où ils se trouvent sur tout le territoire national. A part la gestion de l'adhésion, la plateforme est également un outil pour la collecte des contributions payées en une fois ou par tranche, la transmission et traitement des demandes de remboursement des prestataires de santé supportées par un système de données, et la gestion de rémunération basée sur les performances, par exemple pour des agents communautaires.

Elsa: De par ses fonctionnalités, la plateforme permet aussi la digitalisation des assurances et des mutuelles de santés. Nous avons un partenariat avec la Fédération des mutuelles de santé. La digitalisation des membres a commencé pour optimiser leurs opérations et réduire les risques financiers.

Dr. Samuel: Un tableau de bord individuel donne à chaque organisation les données sur les paiements et l'utilisation des soins en temps réel dans le cadre de son programme. La mise à disposition à Madagascar d'un tel outil attirera certainement plus de programmes et d'organisations de (co)paiement pour la santé.

Le portefeuille santé mobile pour les femmes enceintes à Analamanga a été lancé en octobre 2018. Quels sont les résultats obtenus?

Dr. Samuel: Ce premier programme mis en place en coopération avec le ministère de la santé publique pour toutes les femmes enceintes allant chez les CSB et hôpitaux publics partenaires à Analamanga compte actuellement 16.500 bénéficiaires. Une évaluation scientifique sur l'acceptation et l'utilité du portefeuille a été conduite en décembre 2020 sur un échantillon de 300 bénéficiaires d'âge moyenne de 25 ans et ayant un revenu mensuel familial moyen à 160.000Ar. 84% ne disposent pas de téléphone. Elles utilisent des porte-clés pour ranger leur puce, et toujours l'avoir sur elles. 90% ont dit que préparer l'argent pour leur accouchement a été plus facile avec mTOMADY.

Qu'est ce qui fait la particularité du portefeuille de santé mTOMADY par rapport au compte mobile money?

Elsa: Le portefeuille mobile pour la santé mTOMADY est intégré dans le compte mobile money. Il permet aussi d'y mettre et de recevoir de l'argent, mais avec la particularité que cet argent ne pourra être utilisé que pour payer ses cotisations pour une protection financière ou pour payer les dépenses de santé ou pour obtenir un soin ou un médicament gratuitement.

Qu'est ce qui a selon vous permis le développement de mTOMADY?

Dr. Julius: Le besoin est là. La présence d'une équipe multidisciplinaire à Madagascar et en Allemagne et l'appui des organisations engagées pour les solutions innovantes dans la santé telles que la fondation Else-Kröner-Fresenius, le Centre Hospitalier Universitaire Charité Berlin, l'accélérateur du Berlin Institute for Health, le développeur de logiciels ThoughtWorks, la GIZ, la fondation Bayer, sans oublier le Ministère de la Santé publique de Madagascar et le ministère fédéral allemand de l'Education et de la Recherche a permis le développement de mTomady. En 2020, le ministre Fédéral de la Santé nous a décerné le prix de l'innovation du Global Health Hub Germany. En soulignant que le ministre allemand encourage vivement ce genre d'initiative en récompensant ces genres de projets.

Est-ce que mTOMADY couvre tout Madagascar?

Dr. Samuel: Nous nous déployons dans les lieux où nos partenaires ont leurs activités de manière très rapide. Nous sommes intégrés dans l'infrastructure mobile money d'Airtel et de mVOLA, et prochainement de l'Orange. mTOMADY ne requiert pas une connexion internet permanente mais fonctionne à partir d'un réseau GSM.

Quelles sont les perspectives de mTOMADY pour cette année 2021?

Elsa: Aujourd'hui, on a un outil qu'on veut mettre au profit de la protection financière en cas de maladies, notamment dans des contextes sanitaires actuels. Nous avons la vision de digitaliser les paiements pour la santé sur toute une région, et lançons pour cela un appel au partenariat avec le gouvernement, les bailleurs de fonds et les autres acteurs pour la santé. mTOMADY continue aussi de supporter la distribution et la gestion de différents programmes de protection financière à Atsimo-Andrefana et Anosy, comme le cofinancement des hospitalisations TOSIK'AINA ou la prévention et le traitement de la tuberculose e-TB. Nous sommes aussi très fiers d'amener mTOMADY sur le continent africain.

Au Ghana, le portefeuille mTOMADY sera intégré dans le menu USSD de la caisse nationale d'assurance (NHIS) pour faciliter le renouvellement de la couverture santé. En Ouganda, le portefeuille mobile santé sera testé pour une intervention pour détecter et suivre les patients souffrant de maladies chroniques telles que le diabète.

« Aujourd'hui, on a un outil qu'on veut mettre au profit de la protection financière en cas de maladies, notamment dans des contextes sanitaires actuels. »

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.