Tunisie: Vers un cinquième titre consécutif de l'Espérance - Ce bon élève qu'on jalouse...

16 Avril 2021

Aussi bien en Tunisie qu'en Afrique et dans le monde arabe, la réussite de l'Espérance fait des jaloux et suscite la curiosité. Ainsi, l'on se demande à quoi sont dus cette formidable persévérance et cet ardent désir d'exceller?

Neuf bons points séparent actuellement l'Espérance de son dauphin, l'Etoile Sportive du Sahel, après les matches en retard joués avant-hier. L'avance du leader «sang et or» s'est accentuée après sa victoire en déplacement à Tataouine contre l'équipe locale (3-1) et la défaite de l'ESS face à l'USMonastirienne sur le même score.

Du coup, ce fut un duel à distance entre les deux meilleures équipes du championnat, dont l'impact conséquent était de six points : l'EST en a gagné trois et l'ESS en a perdu trois. De plus, l'Espérance compte trois autres matches en retard contre deux pour l'ESS. Et il ne reste plus que six matches à jouer pour le leader, qui a 52 points et cinq matches pour le poursuivant qui a 43 points.

Franchement, il faudrait un miracle pour que les Sahéliens réussissent à renverser la vapeur et empêcher l'Espérance de remporter son trente et unième titre et le cinquième d'affilée. Cela relèverait de la fiction.

Personne n'est surpris à ce propos, car l'Espérance a prouvé qu'elle ne marchandera avec aucun autre rival cet énième titre de championnat dès le début de la compétition.

Depuis belle lurette, on a l'impression que l'équipe de Bab Souika joue seule et que nul ne peut la déranger dans sa marche glorieuse.

La large famille espérantiste ne se soucie nullement du charme de la compétition. L'essentiel pour elle est que son équipe de cœur domine la course au titre, de bout en bout, en ne laissant que des miettes aux autres «prétendants». C'est une réalité à laquelle tout le monde s'est habitué, au point de se rendre à l'évidence qu'en dehors de l'Espérance qui joue seule pour le titre, les autres se battent ou bien pour obtenir un bon classement ou bien pour éviter le purgatoire de la relégation.

C'est monotone et même ennuyeux et désespérant, diront certains.

Seulement rien ne peut être reproché à l'Espérance, ce club qui affiche toujours une santé pimpante et qui arrive même à «exhiber» son bien-être en Afrique et au monde arabe.

On croit toujours que c'est le fruit d'une manne financière qui suscite la jalousie. Mais en réalité, il n'y a pas que cet atout. Il y a aussi l'harmonie et la bonne gestion qui font la différence presqu'autant que l'argent.

En comparant l'Espérance aux autres clubs tunisiens, on peut dire que le fossé est considérable. Mais quand on compare les moyens financiers du doyen des clubs tunisiens à ceux des mastodontes de l'Afrique : Al Ahly, Ezzamalek, TP Mazembe, Raja et beaucoup d'autres, on constate que notre représentant n'est qu'un «petit poucet». Un petit poucet qui s'est fait beaucoup de détracteurs, en raison de ses succès locaux et continentaux. Le secret : une vie de club saine qui n'a rien à envier à celles des clubs européens les mieux structurés.

C'est au point de souhaiter que toute la Tunisie marche dans les pas du fleuron de nos associations sportives. Un vrai modèle à suivre au lieu de le jalouser !

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.