Congo-Kinshasa: Au moins 13 morts et plus de 21.000 personnes déplacées par des attaques communautaires au Grand Kasaï (HCR)

CR / John Wessels
Une famille congolaise fuit les violences ethniques à Kamonia, dans la province du Kasaï (Archive)
16 Avril 2021

L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est alarmée, vendredi, par la recrudescence de la violence dans la région du Grand Kasaï, en République démocratique du Congo (RDC), qui a déjà déplacé des milliers de civils.

Selon les autorités locales congolaises, près de 21.000 Congolais - principalement des femmes et des enfants - ont été déplacés depuis le 28 mars dernier par des affrontements entre les groupes ethniques Luba et Kuba dans la localité de Bakwakenge au Kasaï.

« On signale également la mort d'au moins 13 personnes, de nombreux blessés et 190 maisons incendiées », a déclaré Babar Baloch, porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Selon l'Agence onusienne basée à Genève, les tensions entre deux communautés seraient en hausse depuis août 2020 en raison de litiges fonciers. Les attaques et contre-attaques de l'année dernière ont déplacé plus de 13.000 familles, soit environ 40.000 personnes. La majorité des déplacés n'a pas pu rentrer chez elle « par crainte de représailles ».

Plus de 5 millions de déplacés internes dans toute la RDC

La région du Kasaï se remet des violences de 2017 qui ont déplacé 1,4 million de personnes au sein de la RDC et forcé 35.000 réfugiés à se mettre en sécurité en Angola. Face à ce nouveau regain de tension communautaire, le HCR appelle à mettre à nouveau l'accent sur le rétablissement de la paix et le désamorçage des tensions au Kasaï pour éviter une autre vague de déplacements massifs dans le pays.

A la suite de cette dernière vague de violences, les agences humanitaires se rendent dans les zones touchées pour évaluer la situation. La plupart des personnes déplacées ont tout laissé derrière elles, n'ayant pas le temps de prendre des affaires.

Selon le HCR, les déplacés ont besoin d'abris, de nourriture et d'un accès aux services médicaux. « La majorité d'entre elles sont accueillies par des communautés locales qui luttent déjà pour faire face à des ressources limitées. D'autres dorment à la belle étoile », a ajouté M. Baloch.

Sur le terrain, l'Agence onusienne achemine des fournitures d'urgence, notamment des bâches en plastique pour les abris, des moustiquaires, des couvertures, des jerrycans et des ustensiles de cuisine depuis la capitale, Kinshasa. Mais selon l'Agence onusienne, les besoins sont supérieurs aux fournitures pour aider 5.000 familles.

A noter qu'au total, plus de cinq millions de personnes sont toujours déplacées en RDC.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X