Sénégal: Diourbel / Projet Dundel Suuf, phase 1 - 454 producteurs agricoles enrôlés dans le bassin arachidier

Un atelier de validation et de partage des résultats du projet Dundel suuf a réuni les services techniques et les différents acteurs du monde rural. Il s'agissait d'outiller les producteurs agricoles d'une nouvelle technologie qui consiste à utiliser la plus petite portion d'engrais nécessaire pour le développement de la plante de façon rapide et efficace. Ce qui permet au producteur de faire une économie.

La production agricole a connu une nette baisse ces dernières années à cause de la dégradation des sols liés à l'utilisation abusive des engrais. Pour faire face à l'accessibilité à l'engrais dont le prix est jugé très cher , le projet Dundel Suuf a été créé par le gouvernement du Sénégal, l'Ufdc et le secteur privé des engrais sur financement de l'Usaid. Il s'agissait d'inciter les producteurs agricoles à adopter la technologie de la micro dose consistant à apporter de l'engrais à une quantité réduite par rapport à la dose recommandée et du placement profond de l'urée.

Monsieur Adama Tounkara, le coordonnateur du projet Dundel Suuf dans le bassin arachidier explique : « nous avons utilisé dans la première année de ce projet la technique de la micro dose QUI qui consiste à amener de l'engrais mais à une quantité très réduite par rapport à la dose recommandée .Si la dose recommandée sur un hectare de mil est de 150 kgs DNTK à l'hectare et 100 kgs d'urée.

Avec la micro dose recommandée dans ce projet, on réduit jusqu'à 38 kgs DNTK à l'hectare et 24 kgs à l'hectare pour l'urée. Il y a donc un gain économique et un gain en termes de quantité d'engrais utilisé et des avantages au plan environnemental ». Cet atelier de validation et de partage des résultats du projet a permis aux paysans de constater une réduction de la quantité d'engrais utilisée. Les rendements étaient meilleurs même s'il y a quelques inconvénients liés au temps de travail.

L'adjoint au Directeur régional du développement rural, Monsieur Baidy Ba, soutient que c'est l'engrais organique qui fertilise le sol. Et l'engrais chimique vient pour accompagner l'engrais organique. Notre rôle, c'est d'accompagner les producteurs agricoles à adopter une agriculture durable. Nous sommes prêts à accompagner les producteurs à utiliser les techniques de compostage. Ce projet qui s'étale sur 3 ans (2019-2022) permet d'enrôler 454 producteurs agricoles.

Et nous envisageons d'augmenter le nombre de producteurs. Il y a des producteurs qui hésitaient au début mais ils se bousculent pour être enrôlés parce que le projet met à la disposition du producteurs des semences et de l'engrais gratuitement ».

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.