Sénégal: Contrôle techniques des véhicules - Mansour Faye annonce la création de centres régionaux

16 Avril 2021

Pour décongestionner davantage le Centre de contrôle technique des véhicules automobiles (Cctva) de Dakar, le Ministre des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement (Mittd), Mansour Faye, annonce la création de centres dédiés et équipés au niveau de toutes les capitales régionales.

Selon le ministre Mansour Faye, invité de l'émission « Au gré de l'actualité » de la Rts1, « nous travaillons avec l'opérateur du centre de contrôle technique des véhicules automobiles de Dakar pour créer des centres dédiés et équipés au niveau des régions ». Ces centres, poursuit-il, à l'instar du centre de Dakar, « mettront fin aux visites techniques visuels et partout le passage obligatoire au ban sera la règle ». En sus, ils participeront au « décongestionnement du centre de la capitale où nous avons trois points qui traite plus 1000 voire 1200 véhicules/jour. Les véhicules immatriculés DK et TT des régions vont faire leurs visites sur place ». Aussi, « l'appel d'offre sera lancé sou peu ». En outre, il annonce la mise en place imminente d' « une commission pour contrôler les contrôles techniques pour authentifier la conformité des visites techniques de certaines véhicules, qui sont plus des épaves, des ferrailles roulantes, bons à la casse et/ou comme récifs artificiels qu'au transport de personnes ».

Le Ministre des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement (Mittd) a par ailleurs évoqué les accidents de la route. Tout en rappelant qu'ils sont liés à « l'état des routes et/ou des véhicules mais surtout au comportement humain », Mansour Faye plaide la « tolérance zéro » pour y remédier. A l'en croire, « nous travaillons de concert avec les acteurs, à l'instauration d'un permis à point ». Pour sa faisabilité, il assure que « tout le dispositif technique est déjà disponible » Dans cette perspective, il annonce qu' « un projet de loi est en gestation et sera intégré aux dispositions de la loi n°2002-30 du 24 décembre 2002 portant Code de la Route et du décret n°2004-13 du 29 janvier 2004 fixant les règles d'application de la loi n°2002-30 du 24 décembre 2002 portant Code de la Route». Mamadou Lamine DIEYE

La visite technique des véhicules, une opération encadrée

La visite technique est d'1 an pour les véhicules publics et privés de personnes (particuliers) et commerciaux (marchandises), de 6 mois pour les véhicules de transport public de voyageurs (Taxis urbains, Taxis interurbains, Cars, Bus). Sont concernés tous les véhicules immatriculés DK et TT. Pour les véhicules neufs, la Visite Technique doit se faire 3 ans après la date de mise en circulation. Si le véhicule est recalé pour un motif quelconque il doit passer une contre-visite dans un délai maximum d'un mois. Si le véhicule est présenté en contre-visite au centre de contrôle technique des véhicules automobiles (Cctva) plus d'un mois après sa visite initiale, un nouveau contrôle complet lui est appliqué. Dix points de contrôle sont au menu de la visite. Il s'agit de l'identification (N° de châssis, N° plaque, conformité carte grise), la direction (parallélisme, rotules), tout le système de freinage, la visibilité (pare-brise, rétroviseur).

Il y'a aussi l'éclairage et signalisation (feu de stop, feu de position, etc... ), la liaison au sol (suspension, rotules de suspension), la structure/ carrosserie (caisse, capot, ailes), les équipements (siège conducteur, ceinture de sécurité), les organes mécaniques (Moteur, transmission) et la pollution (prise de mesure sur les gaz ; ce point ne fait pas l'objet de contre visite). M. L. DIEYE

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.