Angola: Huíla - Plus de 41 mille personnes touchées par la sécheresse à Gambos

Gambos — Plus de 41 mille habitants de la municipalité de Gambos, province de Huíla, sont confrontés à une sécheresse extrême et ont besoin d'une aide alimentaire immédiate, a déclaré jeudi le gouverneur de la province, Nuno Mahapi.

Il n'a pas plu dans la municipalité depuis plus de sept mois, et même des cultures résistantes à la sécheresse ont séchées.

Cette situation a conduit le gouverneur à tenir une réunion technique avec les partenaires locaux pour trouver des solutions au problème.

Nuno Mahapi a déclaré qu'il avait collecté des contributions pour renforcer les méthodologies d'intervention, en vue de résoudre les problèmes identifiés dans les divers domaines, en commençant par l'identification des zones les plus touchées.

Il a admis que la situation était «grave», car les habitants étaient contraints de vendre leur bétail à bas prix, en raison du manque de pâturages et comme moyen d'obtenir un peu d'argent pour satisfaire aux besoins de base.

À l'occasion, au nom de la communauté, le prêtre Pio Wakussanga a défendu la cartographie des familles en situation de vulnérabilité, afin de mieux cibler l'intervention des autorités.

L'activiste social a qualifié la situation actuelle de "triste", car il y a déjà beaucoup de personnes souffrant d'anémie.

Il a ajouté qu'un grand nombre de familles ont déjà quitté la municipalité à pied, cherchant un soutien dans d'autres parties de la province et même dans la République voisine de Namibie.

Il a averti que l'intervention des autorités doit être urgente, afin d'éviter la perte de vies humaines.

Avec une population de 98 284 habitants, la municipalité de Gambos est à 150 kilomètres au sud du siège de la province de Huíla et connaît des situations similaires toutes les années, compte tenu de la progression du désert de Namibe.

Il n'a pas plu dans la municipalité depuis plus de sept mois, et même des cultures résistantes à la sécheresse ont séchées.

Cette situation a conduit le gouverneur à tenir une réunion technique avec les partenaires locaux pour trouver des solutions au problème.

Nuno Mahapi a déclaré qu'il avait collecté des contributions pour renforcer les méthodologies d'intervention, en vue de résoudre les problèmes identifiés dans les divers domaines, en commençant par l'identification des zones les plus touchées.

Il a admis que la situation était «grave», car les habitants étaient contraints de vendre leur bétail à bas prix, en raison du manque de pâturages et comme moyen d'obtenir un peu d'argent pour satisfaire aux besoins de base.

À l'occasion, au nom de la communauté, le prêtre Pio Wakussanga a défendu la cartographie des familles en situation de vulnérabilité, afin de mieux cibler l'intervention des autorités.

L'activiste social a qualifié la situation actuelle de "triste", car il y a déjà beaucoup de personnes souffrant d'anémie.

Il a ajouté qu'un grand nombre de familles ont déjà quitté la municipalité à pied, cherchant un soutien dans d'autres parties de la province et même dans la République voisine de Namibie.

Il a averti que l'intervention des autorités doit être urgente, afin d'éviter la perte de vies humaines.

Avec une population de 98 284 habitants, la municipalité de Gambos est à 150 kilomètres au sud du siège de la province de Huíla et connaît des situations similaires toutes les années, compte tenu de la progression du désert de Namibe.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.