Congo-Brazzaville: Investiture. Denis Sassou N'Guesso prête serment en présence de plusieurs chefs d'Etat africains

Une vingtaine de dirigeants africains, et autant de chefs de délégation de pays amis, dont la France, ainsi que des représentants des institutions régionales et internationales ont assisté, le vendredi 16 avril, à Brazzaville, à la prestation de serment du président congolais, Denis Sassou N'Guesso, pour un nouveau quinquennat.

La cérémonie chapeautée par la Cour constitutionnelle a été marquée à l'ouverture par la lecture d'un extrait du procès-verbal de cette institution constatant l'élection du candidat Denis Sassou N'Guesso au lendemain de la présidentielle des 17 et 21 mars, avec 88,40 des voix face à six concurrents. Dans son mot de circonstance, le président de la Cour, Auguste Iloki, a félicité l'élu pour sa victoire tout en lui priant de répondre aux demandes de la population congolaise qui l'a plébiscité lors de ce scrutin.

Pendant près de trois quart d'heures, le président élu s'est réjoui de ce que depuis 2002, de façon régulière, le Congo organise les élections générales dans la quiétude. Il a salué la confiance que lui ont témoigné ses compatriotes en lui confiant à nouveau la charge suprême, mais a déclaré en même temps mesurer le poids de la mission qui lui incombe pour les cinq prochaines années. « Pour ma part, le travail ne doit pas s'arrêter » a indiqué Denis Sassou N'Guesso qui promet de s'armer de suffisamment courage pour combattre les dérives qui gangrènent la société congolaise. Il a ainsi promis « la tolérance zéro » pour ce nouveau quinquennat.

Revenant sur les péripéties de l'élection, le président de la République a déclaré s'incliner devant la mémoire de l'un des candidats, Guy-Brice Parfait Kolelas, décédé dans un moment aussi important de la vie de la nation, quelques jours seulement après le scrutin.

Une partie de l'allocution d'investiture de Denis Sassou N'Guesso a été dédiée à la solidarité internationale. Il a notamment souligné le rôle que joue le Congo, depuis plusieurs années, dans la résolution des conflits qui secouent particulièrement l'Afrique, mais aussi la part que prend Brazzaville dans la préservation de l'environnement. Mobilisant le continent autour ce challenge, le chef de l'Etat congolais souhaite désormais que l'on ne parle plus de « l'Afrique noire, mais de l'Afrique verte ».

Un défilé militaire célébré par vingt-et-un coups de canon a clos cette cérémonie avant que Denis Sassou N'Guesso ne reçoive ses hôtes de marque à déjeuner sous les chapiteaux dressés pour la circonstance dans les jardins du Palais des congrès. Dans quelques jours, sans doute, le président de la République dévoilera le nom de son Premier ministre et celui-ci la liste de la nouvelle équipe gouvernementale.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.