Sénégal: Dérives liées aux messages religieux dans les médias en période de mois béni - Le prêche ramadan du CNRA et de l'ais

Dans son rôle de régulateur, le Conseil National de Régulation de l'Audiovisuel (CNRA), depuis le 30 mars dernier, alerte les médias sur les dérives dans les messages et prêches dans les télévisions et radios durant le mois béni du Ramadan.

Mieux, le CNRA, lors d'une rencontre d'échange organisée à son siège, le jeudi 8 avril 2021, a sensibilisé les acteurs de l'audiovisuel et des religieux sur la diffusion d'émissions, de prêches dont parfois le contenu pourrait heurter une quelconque communité religieuse au Sénégal.

Le président du CNRA, Babacar Diagne, en appelle à une responsabilité des hommes de médias car, selon lui, une liberté rime avec responsabilité. «Le sujet qui nous préoccupe aujourd'hui, c'est le contenu des prêches pendant le Ramadan ; ces deux dernières années, des plateaux ont engendré, le lendemain, des disputes dans les cars rapides, dans les Grand-Place, dans les gares routières... Des prêcheurs se réclamant de camp dans les plateaux, (disent) des choses qui peuvent mettre en danger notre cohésion sociale, et c'est extraordinaire», se désole-t-il.

Aussi le président du CNRA exhorte-t-il les médias à une transparence dans les émissions, surtout en période de Ramadan, pour garder cette union dans l'Islam. «Nous sommes en contact régulièrement avec les organes de presse, nous avons fait récemment cinq (5) réunions d'affilé où il y avait tous les responsables de médias. Aujourd'hui, nous avons discuté des cahiers de charges, nous avons terminé les cahiers de charges. Nous avons discuté des Conventions à signer entre le régulateur et les organes de presse, et nous sommes actuellement au dernier point», précise-t-il. Et M. Diagne de relever : «Les chaines au Sénégal sont diffusées gratuitement car, cela fait cinq ans que les chaines de télévision sont diffusées gratuitement, et nous sommes en train de voir... Nous continuons à discuter avec les organes de presse», affirme Babacar Diagne.

«LA MULTIPLICATION DES CHAINES DE TELEVISIONS AU SENEGAL CAUSE UN PROBLEME ET FAVORISE PLUS DE DERIVES»

Toujours dans le cadre de la régulation et pour éviter les dérives dans les chaines de télévisions et radios, qui pourraient semer des divisions au sein des confréries, le CNRA et l'Association Islamique pour servir le Soufisme (AIS), invitent aux respects des diversités confrériques et aux libertés d'expression religieuse. Pour le président du CNRA, la multiplication des chaines de télévisions au Sénégal cause un problème et favorise plus de dérives. Serigne Mame Cheikh Mbacké, président de l'AIS, rejoint Babacar Diagne, pour mieux conscientiser les acteurs des médias. «Depuis longtemps, l'AIS œuvre pour le maintien de la cohésion sociale, les émissions organisées dans les chaines de télévision, radios et autres, particulièrement durant le mois de Ramadan. Ce mois ne devrait pas être une source de division, mais plutôt un mois de solidarité, d'union et de paix. Constatant cette situation de déséquilibre, on est allé chez les directeurs des programmes pour les féliciter et les encourager. Mais la façon dont certaines émissions sont diffusées peut conduire à des dérives ou des querelles dans/entre les confréries. Dans ce cas, nous sollicitons un changement pour une transparence», détaillet-il.

Et d'ajouter : «Au Sénégal, nous ne devrons pas laisser passer certaines divergences au sein des confréries car les grandes figures religieuses vivaient dans la paix, la solidarité et la symbiose... Et, en tant qu'AIS, nous sommes engagés à vous (le CNRA) accompagner pour ce maintien de la paix, de la stabilité du Sénégal. Nous voulons une entente au sein des confréries. Les chaines de télévisons devraient montrer plus de responsabilité afin d'éviter des différends», mentionne le président de l'AIS.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.