Guinée: Bah Oury « Vous savez, on récolte ce qu'on a semé. »

« Vous savez, on récolte ce qu'on a semé. La Guinée, jusqu'à présent, n'a pas été en mesure d'édifier des mesures allant dans le sens du renforcement de la promotion du droit démocratique. Et, nous perdons ainsi une opportunité d'avoir près de 500 millions dollars.

Le régime guinéen est tout à fait responsable de cette situation. Parce que nous avons failli à la question de la cohésion nationale, nous avons failli à la question de l'Etat de droit, nous avons failli à l'aspect essentiel du respect des droits de l'homme.

Donc nous perdons ainsi une opportunité d'avoir une aide qui pourrait être de l'ordre de 500 millions de dollars . Par exemple, l'initiative PPTE (pays pauvres très endettés) pour aider les pays très endettés, en annulant la dette au profit d'investissements dans les questions sociales pour permettre d'élever le niveau de développement et combattre effectivement la pauvreté, la Guinée a bénéficié tardivement de ce programme en 2012.

Mais, cela est assorti par la nécessité de générer, à travers des ressources intérieures, la contrepartie du montant qui devrait être annulé.Nous n'avons pas été en mesure de pouvoir le faire, parce que la capacité de collecte de ressources intérieures est insuffisante, la gestion des finances publiques est très aléatoire et en deçà du niveau suffisant pour permettre une bonne collecte de ces ressources intérieures.

Nous avons perdu des opportunités d'investir dans le développement social, dans le développement des infrastructures pour aider les populations à sortir de la pauvreté. Et donc, depuis lors, la Guinée ne fait qu'enregistrer des séries d'échecs. Et ça, c'est la question de la gouvernance qui est posée ».

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.