Angola: Le pays salue le nouvel accord UE/OEACP

Luanda — La République d'Angola accorde une importance particulière au nouvel accord de partenariat entre l'Union européenne et l'Organisation des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) pour les prochaines 20 années, paraphé jeudi (15 mars) à Bruxelles, Royaume de Belgique.

Selon une note parvenue vendredi à l'Angop, cet instrument juridique, en plus d'être incontournable en coopération avec les différents pays, est également important dans les relations Sud-Sud et Intra/OEACP, suivant l'accord de Georgetown révisé, approuvé lors du neuvième Sommet des chefs d'État et de Gouvernement, tenu en 2019 à Nairobi, capitale du Kenya.

Ce nouveau partenariat est important pour l'Angola, puisque son entrée en vigueur aura lieu au cours de la période pendant laquelle il assumera la présidence de l'OEACP qui débute en 2022, avec la tenue du 10è Sommet des chefs d'État et de Gouvernement des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

Les principaux négociateurs, la commissaire aux partenariats internationaux, Jutta Urpilainen et le ministre des Affaires étrangères et de l'intégration du Togo, Robert Dussey, ont ratifié la conclusion formelle des négociations de l'accord post-Cotonou, qui établit le cadre de coopération politique, économique et sectorielle.

À cette occasion, Jutta Urpilainen a souligné que ce nouveau partenariat global, avec le plus grand groupe de pays partenaires, est une réalisation politique importante et marque un tournant en rapport avec les nouvelles réalités et défis internationaux.

Selon la commissaire européenne, l'accord se révèle important pour renforcer les relations bilatérales de l'UE avec chaque État de l'OEACP et ses régions respectives, positionnant le partenariat OEACP-UE comme une force catalyseur, afin de promouvoir des actions communes sur la scène mondiale.

À son tour, le ministre des Affaires étrangères et de l'intégration régionale du Togo, Robert Dussey, a dit que ce nouveau document incorpore les ambitions de toutes les deux parties, celles de renouveler les termes de leur coopération et de repositionner leur partenariat autour de nouveaux objectifs, dans un monde qui a profondément changé et en constante transformation.

Pour le négociateur en chef de l'OEACP, compte tenu des préoccupations et des attentes des États de l'OEACP, le nouvel accord constitue une base solide pour renforcer davantage les relations avec l'UE.

Cet instrument modernise considérablement la coopération et élargit la portée et l'ampleur des ambitions de l'UE et de l'OEACP, pour faire efficacement face aux défis actuels et futurs.

Dans ce cadre, les partenaires ont renforcé leur engagement dans des domaines prioritaires: les droits de l'homme, la démocratie et la gouvernance, la paix et la sécurité, le développement humain, qui englobe la santé, l'éducation et l'égalité des sexes, mais aussi la durabilité environnementale, le changement climatique, le développement et la croissance durable, la migration et la mobilité, entre autres.

Lors de la cérémonie qui s'est déroulée dans un format virtuel, l'Angola a été représenté par son ambassadeur en Belgique, Mário de Azevedo Constantino.

Selon une note parvenue vendredi à l'Angop, cet instrument juridique, en plus d'être incontournable en coopération avec les différents pays, est également important dans les relations Sud-Sud et Intra/OEACP, suivant l'accord de Georgetown révisé, approuvé lors du neuvième Sommet des chefs d'État et de Gouvernement, tenu en 2019 à Nairobi, capitale du Kenya.

Ce nouveau partenariat est important pour l'Angola, puisque son entrée en vigueur aura lieu au cours de la période pendant laquelle il assumera la présidence de l'OEACP qui débute en 2022, avec la tenue du 10è Sommet des chefs d'État et de Gouvernement des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

Les principaux négociateurs, la commissaire aux partenariats internationaux, Jutta Urpilainen et le ministre des Affaires étrangères et de l'intégration du Togo, Robert Dussey, ont ratifié la conclusion formelle des négociations de l'accord post-Cotonou, qui établit le cadre de coopération politique, économique et sectorielle.

À cette occasion, Jutta Urpilainen a souligné que ce nouveau partenariat global, avec le plus grand groupe de pays partenaires, est une réalisation politique importante et marque un tournant en rapport avec les nouvelles réalités et défis internationaux.

Selon la commissaire européenne, l'accord se révèle important pour renforcer les relations bilatérales de l'UE avec chaque État de l'OEACP et ses régions respectives, positionnant le partenariat OEACP-UE comme une force catalyseur, afin de promouvoir des actions communes sur la scène mondiale.

À son tour, le ministre des Affaires étrangères et de l'intégration régionale du Togo, Robert Dussey, a dit que ce nouveau document incorpore les ambitions de toutes les deux parties, celles de renouveler les termes de leur coopération et de repositionner leur partenariat autour de nouveaux objectifs, dans un monde qui a profondément changé et en constante transformation.

Pour le négociateur en chef de l'OEACP, compte tenu des préoccupations et des attentes des États de l'OEACP, le nouvel accord constitue une base solide pour renforcer davantage les relations avec l'UE.

Cet instrument modernise considérablement la coopération et élargit la portée et l'ampleur des ambitions de l'UE et de l'OEACP, pour faire efficacement face aux défis actuels et futurs.

Dans ce cadre, les partenaires ont renforcé leur engagement dans des domaines prioritaires: les droits de l'homme, la démocratie et la gouvernance, la paix et la sécurité, le développement humain, qui englobe la santé, l'éducation et l'égalité des sexes, mais aussi la durabilité environnementale, le changement climatique, le développement et la croissance durable, la migration et la mobilité, entre autres.

Lors de la cérémonie qui s'est déroulée dans un format virtuel, l'Angola a été représenté par son ambassadeur en Belgique, Mário de Azevedo Constantino.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.