Maroc: Ramadan et lutte anti-Covid à Marrakech - Les services de la DGSN au coeur de l'action

Marrakech — L'avènement du mois sacré du Ramadan 1442, dans une conjoncture assez exceptionnelle marquée par la persistance de la propagation de la Covid-19 et l'apparition de nouveaux variants, a été accueilli par une mobilisation renouvelée et un engagement citoyen exemplaire, des multiples services de police de Marrakech, avec comme seul mot d'ordre : veiller strictement au respect des mesures préventives décrétées par les autorités compétentes pour combattre cette pandémie.

L'engagement sans faille, avec tant de dévouement, de négation de soi, de courage et de persévérance, des différents services de police à Marrakech, toutes catégories confondues, à l'instar de leurs homologues à travers le Royaume, n'est nullement quelque chose d'exceptionnelle ou de circonstancielle mais bel et bien, un exercice de tout les jours chez les limiers de la police, exécuté dans la perfection avec tout le professionnalisme requis.

Ces grands "Héros du devoir national", toujours mobilisés, derrière Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour le bien et la stabilité du Royaume, se sont retrouvés au devant de la scène, aux côtés d'autres services concernés et ce, depuis le déclenchement de la crise pandémique du nouveau coronavirus en mars 2020, donnant, si besoin est de le démontrer, l'exemple des illustrations les plus éloquentes, en termes de bravoure, de courage et de détermination à préserver la vie et la santé des citoyens.

Une vigilance à toute épreuve, et une mobilisation qui atteint son paroxysme chez ces "Hommes en bleu nuit", toujours infatigables et déterminés à mener un combat acharné contre un virus "résistant", "invisible" et "imprévisible", tout en étant convaincus de la pertinence et de la noblesse de la mission engrangée de solidarité et d'humanisme, qu'ils assurent.

C'est dans ce sens, que depuis l'avènement de ce mois béni et la décision prise par le gouvernement, le mercredi 7 avril courant, dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire prolongé au Maroc, portant sur l'interdiction des déplacements nocturnes de 20h à 06h du matin, les services de police de la préfecture de Marrakech n'ont pas lésiné sur les moyens pour assurer un contrôle strict et veiller scrupuleusement au respect des règles en vigueur.

L'objectif noble d'une telle décision, doublée de la mise en application des différentes mesures préventives mises en oeuvre précédemment, telles que décrétées sur la base des recommandations émises par le Comité Scientifique et Technique, est de prémunir la population contre la propagation du nouveau coronavirus et ses nouveaux variants dans le Royaume.

Un impératif majeur dont, sont parfaitement conscients les différents services de la DGSN aussi bien au niveau de Marrakech que dans d'autres villes du Royaume qui, de jour comme de nuit, demeurent sur le "qui-vive" pour imposer le respect de la loi et venir à bout de toute "dérive" ou "inobservation" manifeste des mesures préventives pouvant émaner de citoyens inconscients et irresponsables surtout, notamment devant la forte mobilité qui caractérise les Marocains en ce mois sacré où, visites et échanges familiaux se multiplient et se succèdent.

Partant de cette conviction de l'impératif majeur de capitaliser sur les acquis réalisés par le Royaume en matière de lutte contre la Covid-19, et de garantir le déroulement du mois sacré du Ramadan dans d'excellentes conditions, la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) a mobilisé ses moyens humains et logistiques, dans une démarche pragmatique et proactive, basée sur l'excellence et le professionnalisme, afin de permettre à ses éléments de s'acquitter de leur noble mission dans les règles de l'art, fidèles en cela, aux constantes et fondamentaux du Royaume et à la triptyque "Dieu, la Patrie, le Roi".

Et afin de garantir un degré élevé de sécurisation au niveau de l'ensemble du territoire de la ville de Marrakech, les services préfectoraux de la police de la cité ocre ont concocté "une feuille de route" qui consiste à parvenir à une parfaite "maitrise" de la ville, à travers une présence policière effective dans différents axes névralgiques, coins, sites et quartiers.

Dans ce sillage, il a été procédé à la mise en place de plusieurs barrages administratifs et judiciaires et de points de contrôle, tout en mobilisant différentes brigades fixes et mobiles, afin de veiller au respect du couvre-feu sanitaire nocturne, et contrôler la régularité des déplacements des personnes se trouvant sur la voie publique au-delà de 20H00, en procédant, systématiquement, à la vérification si elles sont munies d'une autorisation exceptionnelle en bonne et due forme.

Il est 22h du vendredi, une balade nocturne menée par une équipe de la chaine de télévision M24, à travers plusieurs axes et sites stratégiques de la cité ocre, notamment au niveau du barrage judiciaire dressé à proximité du pont de Tensift sur la route de Casablanca, comme à Gueliz entre autres, laisse constater une forte présence policière, avec à l'actif de ces grands professionnels de la sécurité, tant de sacrifices consentis, armés en cela, d'un professionnalisme confirmé et d'une ingéniosité et dextérité si singulières pour faire face à toutes les éventuelles situations auxquelles, ils seront appelés à faire face.

Bavettes au visage, désinfection des équipements, distanciation physique strictement observée, ces héros du devoir national, loin de toute improvisation ou moindre hésitation, se montrent prêts à toutes les éventualités pour imposer le respect des lois en vigueur.

Sous la supervision effective de supérieurs hiérarchiques présents sur le terrain et soucieux de veiller, à la fois, au respect des mesures légales en vigueur et à la préservation des droits et libertés des citoyens, les éléments de la police s'adonnent, coeur et âme, à l'exécution de leurs missions.

Non loin, ce sont des brigades mobiles à bord de voitures, parfois épaulées par des éléments de la brigade des motards, qui effectuent des rondes de routine pour s'assurer du respect strict des règles du couvre-feu nocturne, et intervenir en cas de nécessité pour appliquer la loi à l'encontre des récalcitrants.

Autant de sacrifices consentis par les éléments de la police, qui ne peuvent aucunement passer "inaperçus" sans susciter un grand respect et une profonde admiration de citoyens conscients, plus que jamais, de l'impératif de resserrer les rangs et de se retrousser les manches en cette conjoncture délicate que traverse le Royaume, pour combattre cette pandémie.

Dans une déclaration à la MAP, M. Anouar Rayahine, commissaire principal de police, chef du premier arrondissement de Police, District Médina-Guéliz, a fait savoir que dans le cadre de l'activation de la politique nationale préventive et de lutte contre les répercussions de la pandémie de la Covid-19, la DGSN via ses services décentralisés dont, la préfecture de police de Marrakech, a mis en oeuvre une stratégie globale et intégrée à triple dimension.

Et de poursuivre que cette stratégie se propose de renforcer la présence policière sur le terrain et d'assurer la couverture sécuritaire, à travers la mobilisation et la généralisation sur l'ensemble du territoire de la ville de Marrakech, d'unités policières statiques et mobiles à longueur de journée comme de nuit, outre le renforcement des mécanismes de veille et de contrôle via, la mise en place de barrages judiciaires aux entrées de la cité ocre.

Ces mesures portent aussi sur l'aménagement de points de contrôle au niveau de l'ensemble des boulevards et des axes névralgiques de la ville, en vue de parvenir à la bonne mise en application des mesures décrétées dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire et celles relatives au couvre-feu nocturne, a-t-il poursuivi.

Dans la foulée, M. Rayahine a mis en avant également l'importance du principe de la communication sécuritaire visant la consécration du rôle de la conscientisation sociale et le renforcement de ce sentiment de sécurité, se félicitant de la réaction positive et spontanée de la population avec l'ensemble des mesures proactives et préventives contre la Covid-19.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.