Maroc: Marrakech - Deux interpellations pour dénonciation d'un crime fictif (DGSN)

Marrakech — Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Marrakech ont interpellé, vendredi soir, un individu et sa sœur, pour leur implication présumée dans la dénonciation d'un crime fictif, et pour outrage envers la police judiciaire par de fausses déclarations.

Dans un communiqué, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a indiqué que la police judiciaire de Marrakech avait ouvert une enquête suite à un avis de vol d'une somme d'argent avec menace à l'arme blanche dans une agence de transfert d'argent au quartier "Itti" à Marrakech.

Les investigations ont révélé que la gérante de cette agence et son frère avaient inventé ce crime pour compenser un déficit des comptes, précise le communiqué.

Les perquisitions menées dans le cadre de cette affaire a permis de trouver le dispositif d'enregistrement par caméra de surveillance de l'agence, après que les deux suspects s'en sont débarrassé dans une rivière, ajoute le communiqué, notant que ce dispositif fait actuellement l'objet des expertises numériques nécessaires.

Les deux mis en cause ont été placés en garde à vue à la disposition de l'enquête judiciaire menée sous la supervision du parquet compétent pour élucider les tenants et aboutissants de cette affaire, a conclu la DGSN.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.