Congo-Brazzaville: L'administration n'est pas un lieu de repos !

En réalité, quand un fonctionnaire de l'administration publique ou privée se rend chaque jour au travail, c'est dans le but de pouvoir exercer sa tâche qu'il est appelé à faire pour la bonne marche de l'entité socio-administrative au sein de laquelle il évolue. Alors que constatons-nous ces derniers temps dans certains services ? Ces derniers sont transformés en un lieu de divertissement et de repos en renvoyant à une date ultérieure la tâche dont on est appelé à réaliser.

Vraie antivaleur qui ne dit pas son nom, cette façon de faire, qui est d'ailleurs, une faute grave, disons-le sans langue de bois, tend à devenir normative au su et au vu de tous. Tout en évitant d'être cloisonné dans les labyrinthes compliqués et complexes du vocable « administration », nous retenons pour notre part tout simplement que le tout premier rôle d'une administration qu'elle soit publique ou privée, c'est de produire des biens et services afin de répondre aux besoins de la population.

Aux heures du travail, on entend certains agents transformer leurs bureaux en espaces de rires avec des sujets à développer de toute nature, arrêtant brutalement le travail administratif que l'on attend d'eux. On raconte des moments des fêtes et anniversaires qui se sont passés dans des quartiers, on projette des images sur des WhatsApp, on entend à décibel considérable des cantiques religieux et des mélodies mondaines, on reste accroché au téléphone sans gêne en vociférant, oubliant même que l'on est au bureau.

Pourtant, le commun de mortel le dit couramment, l'administration est par essence un espace de conception au sein duquel devrait se passer un faible bruit, mais hélas ! Cet espace se transforme en « tohu-bohu » qui ne s'arrête pas. Et ce bruit déconcentre d'autres fonctionnaires qui s'efforcent d'exécuter leurs tâches administratives journalières. Dans ces conditions, on se demande à quoi servent des heures de pause. Et les plaisanteries des heures de pause sont transportées au sein des administrations pendant les heures de travail. C'est ridicule !

Où sont passées des indications que l'on pouvait lire à l'entrée des administrations telles que : « Les visites à 12 heures », « Peu de bruit lors des visites », « Moins de vacarme dans les salles d'attente » et autres. Aujourd'hui, toutes ces indications ont disparu dans nos administrations. Et même le visiteur qui arrive dans un bureau met son téléphone en main libre comme si le personnel qui le reçoit avait envie de suivre sa causerie

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.