Ile Maurice: Décès de la petite Prishtee - Arvin Boolell - «Le public a le droit à la vérité»

Il réagit au décès du bébé Prishtee Ram, survenu à l'hôpital SSRN, dans la nuit de lundi à mardi. L'ex-leader de l'opposition, Arvin Boolell, indique que les médecins de service auraient impérativement dû être sur place ce jourlà. Que ce soit le pédiatre ou les spécialistes. Il ne comprend pas comment cela n'a pas été le cas.

«Compte tenu du fait que la mère, Sweta Seeneevassen, est diabétique et qu'elle allait accoucher prématurément, les risques étaient énormes. D'autant plus que le bébé est né par les pieds. Est-ce que la sage-femme avait les qualifications nécessaires ?» Il aurait fallu, indique-t-il, que les manipulations pour retirer l'enfant soient faites par un docteur. «Il en était de leur responsabilité.» Pour lui, il était obligatoire que Sweta accouche par césarienne.

Le député travailliste a également commenté l'enquête qui sera menée indépendamment par le Medical Negligence Standing Committee. Celle-ci sera présidée par Me Raj Nuckcheddy. «J'espère que ce ne sera pas un travail bâclé.» Il est catégorique. Ni le ministère de la Santé ni l'hôpital n'ont le droit de retenir les informations à ce sujet. «Le public a droit à la vérité.»

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.