Madagascar: Andry Rajoelina - Confinement total à Analamanga le week-end, fermeture des églises et mosquées

Le Chef de l'Etat a annoncé hier soir les nouvelles mesures pour les quinze prochains jours.

Le président Andry Rajoelina annonce, sans surprise, le confinement total pour la Région Analamanga pour le week-end. Pour le moment, Antananarivo reste l'épicentre de la pandémie de la COVID-19 avec environ 400 cas confirmés par jour. D'où cette décision de suspendre toutes les activités pour les journées de samedi et dimanche. Et ce, afin de rompre la chaîne de transmission, a expliqué le Chef de l'Etat. En revanche, pour les jours ouvrables, les activités sont autorisées, le respect strict des mesures sanitaires et des gestes barrières est exigé. Durant le week-end à Tana, toutes les activités sont suspendues. En ce qui concerne les transports publics, seuls les taxis-villes pourront circuler. Pas de taxi-be donc le samedi et le dimanche. Les services essentiels en l'occurrence, les pharmacies et les épiceries, sont ouverts.

Le président Andry Rajoelina a annoncé le renouvellement de l'état d'urgence sanitaire pour un délai de 15 jours à partir de ce jour. Les anciennes mesures annoncées lors de la précédente quinzaine restent applicables et s'appliquent au niveau des cinq régions les plus touchées par le coronavirus, à savoir Analamanga, Boeny, Atsinanana, SAVA et Nosy Be, ainsi que la Région SOFIA où l'on a enregistré une explosion des cas cette semaine. Cette région sera aussi fermée à partir du mercredi 21 avril prochain. Selon le Chef de l'Etat, cette explosion de cas a été due aux déplacements des étudiants qui sont revenus de Mahajanga. Un couvre-feu sera appliqué au niveau de ces six régions. Et ce, de 21h à 4h. Les bars, karaoké, espaces et boîtes de nuit ferment leurs portes.

En revanche, les restaurants peuvent poursuivre leurs activités dans le respect des mesures sanitaires, et ne peuvent utiliser que la moitié de leur capacité d'accueil. Les activités scolaires et universitaires sont suspendues sur toute l'étendue du territoire de Madagascar. Toutes les écoles et universités publiques et privées sont donc fermées.

Fermeture des églises et des mosquées. Le président de la République a aussi annoncé la fermeture des églises et des mosquées. Toutes les confessions religieuses auront droit à diffuser un programme sur les médias publics. Le Ministère de la Communication et de la Culture et le Ministère de l'Intérieur ont reçu la consigne d'assurer l'organisation et la diffusion de ces événements cultuels. Les marchés au niveau des quartiers pour leur part restent ouverts jusqu'à 18h. Pour l'heure, les transports nationaux et régionaux restent suspendus. » Je comprends que les transporteurs souhaitent travailler mais cette mesure doit être prise afin de limiter la propagation du virus « , a expliqué Andry Rajoelina. La semaine dernière, les transporteurs ont menacé de faire grève après seulement deux semaines de suspension d'activité.

Le Chef de l' État quant à lui affiche une fermeté et annonce que toutes les manœuvres de déstabilisation doivent s'arrêter en cette période de crise sanitaire. Les transports des marchandises se poursuivent. Même mesure pour Tsaradia qui est autorisé à poursuivre ses activités au niveau des régions non concernées par la fermeture. Des tests antigéniques sont toutefois exigés avant le départ. Le transport des dépouilles mortelles vers les autres régions sont interdits. Par ailleurs, les personnes qui succombent à la COVID-19 doivent être enterrées le jour même du décès. 10 membres de la famille du défunt seulement peuvent assister à l'enterrement. Face à l'augmentation du nombre de décès liés à la COVID-19, l'Etat décide de mettre en place des cimetières du » Firaisam-po « . Aussi, des fausses communes vont-elles être instaurées au niveau des districts. En ce qui concerne la Région Analamanga, elles seront mises en place au Fokontany de Mandrosoa, District d'Ambohidratrimo et dans le quartier d'Asabotsy, à Ambatofotsy.

Télétravail. Comme ce fut le cas lors de la première vague de la pandémie, les personnes vulnérables sont autorisées à suspendre leur travail. Le Chef de l'Etat encourage d'ailleurs le télétravail. Les entreprises dont le nombre du personnel dépasse 500 sont appelées à organiser une rotation pour limiter la présence à la moitié des employés. Pour la prochaine quinzaine, les rassemblements de plus de 50 personnes restent interdits.

Doléances sur Facebook. 194 décès en un mois. Tel est le bilan présenté hier par Andry Rajoelina. Un chiffre record pour Madagascar. D'où l'initiative du régime d'augmenter les centres de traitement et de créer des hôtels hôpitaux. Selon ses dires, les hôtels Panorama et Motel Anosy ouvriront également leurs portes aux malades du coronavirus à partir de cette semaine. Et lui de réitérer que le prix de l'hébergement sera à la charge des patients au niveau de ces hôtels médicalisés. En revanche, la prise en charge et les médicaments sont assurés gratuitement par l'Etat. Il a aussi réitéré que le traitement de la COVID-19 est gratuit au niveau de tous les CTC et hôpitaux. Il, c'est le Chef de l'Etat qui a haussé le ton hier pour dénoncer le comportement des individus malveillants qui profitent de la situation pour vendre les médicaments au marché noir. »

Des sanctions sévères vont être prises à l'encontre des responsables qui sont derrière le détournement des médicaments et contre ceux qui soutirent de l'argent aux patients « , a averti Andry Rajoelina. Il a aussi évoqué le cas de certains agents de santé qui demandent de l'argent pour les résultats des tests. » Les tests et l'octroi des résultats des tests sont gratuits « , a-t-il rappelé. Et d'annoncer au passage que la Présidence de la République va ouvrir une page sur Facebook pour recevoir notamment les doléances concernant les problèmes liés à la prise en charge au niveau des hôpitaux.

Pour lutter contre la hausse incompréhensible des prix des médicaments et pour renforcer la lutte contre le marché noir, un système de contrôle des prix des médicaments va être mis en place en collaboration avec le Ministère de la Santé et l'Ordre des pharmaciens. Cette semaine, l'Etat va dépêcher un avion spécial pour récupérer 2000 concentrateurs d'oxygène et 2000 bouteilles d'oxygène qui vont être répartis au niveau des CTC. Par ailleurs, désormais, des psychologues vont être affectés au niveau de ces centres de traitement pour assurer un suivi psychologique des patients.

Observations cliniques. Andry Rajoelina a aussi évoqué la situation de la remède améliorée ED1. » L'Etat n'est pas contre l'utilisation de ce remède mais encourage toutefois sa normalisation « , a-t-il soutenu. A entendre les explications du président de la République, ce produit va être soumis au plus vite à des observations et essais cliniques au niveau des centres de traitement afin que l'on puisse vérifier son efficacité contre la COVID-19. Après cette étape, l'Etat apportera son soutien à Edmond Rakotomalala pour la promotion et la production, ainsi que la mise en vente de l'ED1. En ce qui concerne le vaccin, l'Académie de médecine de Madagascar va donner son avis cette semaine. D'ailleurs, sauf changement de dernière minute, une rencontre entre les membres de l'Académie de médecine et le président Andry Rajoelina aura lieu ce jour.

Plan zéro coupure. Durant son intervention télévisée, le président Andry Rajoelina a, une fois de plus encore, lancé un avertissement contre les responsables au niveau de la société JIRAMA pour les coupures à répétition de l'électricité qui étaient à l'origine de la mort de nombreux patients. » Il y a eu des pertes en vies humaines à cause des coupures d'électricité au niveau des centres de traitement et des hôpitaux « , a-t-il confirmé. Pour y faire face, le Chef de l'Etat exige un Plan zéro coupure de la part de la JIRAMA, notamment au niveau des zones sensibles telles que les hôpitaux et les CTC. » Des mesures sévères vont être prises en cas de non exécution de cette sollicitation « , prévient-il.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.