Madagascar: Urgence sanitaire - Prise en main du prix des médicaments

Un encadrement du prix des médicaments en vue. L'État réagit face à la hausse fulgurante du prix de certains médicaments, notamment, de ceux qui entrent dans le protocole de prévention ou de traitement du coronavirus.

Dans son allocution à la nation, hier, Andry Rajoelina, président de la République, annonce ainsi, «une prise en main du prix des médicaments». À l'entendre, un plafonnement des tarifs affichés dans les pharmacies est à prévoir. La décision y afférente sera prise durant une concertation entre le ministre de la Santé publique, celui du commerce et l'ordre des pharmaciens.

Durant son discours, le chef de l'État a, une nouvelle fois, condamné les «détournements», et «vente illicite de médicaments». Il a martelé que dans les établissements publics, les médicaments entrant dans le protocole de traitement de la covid-19, sont distribués gratuitement. Aussi, ceux coupables de malversation sur les stocks étatiques de médicaments encourent des sanctions sévères, dont le renvoi.

Le Président rappelle, du reste, que la vente illicite de médicaments, que ce soit en ligne, ou dans les rues est interdite. Sur le plateau de la Radio Madagasikara (RNM), la ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, porte-parole du gouvernement, a fait part de cinq arrestations et incarcérations au motif de «trafic de produit pharmaceutique».

Zéro coupure

Andry Rajoelina profite, par ailleurs, de cette allocution à la nation pour lancer une vive remontrance contre la société Jirama. «Face à la situation actuelle, il est exigé de tous les responsables, à tous les niveaux la compétence, le professionnalisme et une prompte réactivité», soutient le chef de l'État. Il regrette, cependant, que les coupures d'électricité touchant des centres de traitement covid-19, la semaine dernière, aient causé des décès.

«Ce fait inacceptable renforce l'idée que l'irresponsabilité de certains est dangereuse et peut même être délétère», lance le président de la République. Il «exige», ainsi, un plan zéro coupure de la part de la Jirama. Un plan à appliquer dans les plus brefs délais, dans les zones sensibles, notamment, où il y a les hôpitaux, les CTC et autres lieux de soin en cette période de pandémie.

Afin d'améliorer l'organisation de la riposte étatique contre le coronavirus, une page de doléance est ouverte sur les réseaux sociaux. Toute défaillance dans l'organisation sanitaire, tout abus, ou encore, tout besoin d'assistance ou d'intervention sanitaire de la part des citoyens peut être publiée sur la page Doleances.covidmada, gérée par la présidence de la République.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.