Tchad: La CNDH interpelle le gouvernement sur le conflit intercommunautaire au Salamat

Une centaine de personnes ont été tués dans un conflit intercommunautaire à Mouraye au Salamat dans le sud-est du pays. Un conflit de plus selon la Commission nationale des droits de l'homme qui accuse le gouvernement de laxisme et appelle à des mesures énergiques pour faire face à ce qu'il qualifie de crime contre l'humanité.

Cela fait plusieurs jours que des communautés s'affrontent dans des villages de la sous-préfecture de Mouraye à coup de flèches et de fusils. Samedi en fin de matinée, le bilan était à plus de cent morts et pour le président de la Commission nationale des droits de l'homme, Djidda Oumar, le gouvernement est en partie responsable.

« La CNDH incrimine directement le gouvernement parce qu'il y a toujours eu un manque répété d'anticipation par rapport à ce genre d'évènements devenus récurrents ces derniers temps. Parce qu'il s'est passé, c'est un crime contre l'humanité. Incendier des dizaines de villages, c'est vraiment grave. »

Il faut agir, prendre des mesures urgentes exhorte le défenseur des droits humains : « Nous demandons au gouvernement de restaurer rapidement l'état d'urgence dans toute la province du Salamat et de fermer la frontière provinciale afin d'éviter des renforts, procéder à l'arrestation des instigateurs et leurs complices et de les mettre sans délai à la disposition de la justice afin qu'ils soient jugés pour crimes contre l'humanité. »

Selon des observateurs, la fréquence des conflits entre éleveurs et agriculteurs est favorisée par l'absence de justice. On observe chez les populations une tendance à se regrouper en comités d'autodéfense pour assurer leur sécurité ajoutent les mêmes sources.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.