Sénégal: La justice refuse la demande de remise en liberté de l'ex-président tchadien Hissène Habré

Hissène Habré

Au Sénégal, la nouvelle demande de permission déposée par la défense de Hissène Habré le 29 mars a été refusée dimanche 18 avril. L'ancien président tchadien a été condamné en 2016 à perpétuité par une juridiction africaine pour crimes contre l'humanité lors de ses années au pouvoir de 1982 à 1990.

Depuis sa condamnation, il purge sa peine dans la prison Cap Manuel de Dakar. Il avait déjà bénéficié en avril 2020 d'une sortie de prison de 60 jours, accordée par la justice sénégalaise en raison de la pandémie de Covid-19 et ce malgré l'indignation du collectif des victimes de son régime.

Les avocats de Hissène Habré avaient demandé une nouvelle permission motivée par l'« état de santé » de l'ancien dirigeant tchadien, âgé de 79 ans.

Une demande refusée par le juge d'application des peines à Dakar. « Le raisonnement tenu pour refuser la permission est que la question de la santé est du ressort de la direction de l'administration pénitentiaire », indiquent ses avocats par voie de communiqué. Ces derniers relèvent pourtant que sa première permission en avril 2020 avait été accordée « par le même juge » étant donné sa vulnérabilité au coronavirus. Ils dénoncent alors une « règle de droit (..) à géométrie variable ».

« Ce n'est que justice », a déclaré de son côté Kaltouma Deffalah, victime du régime de Hissène Habré qui a réagi dans un communiqué de Human Rights Watch. « L'homme qui m'a réduite en esclavage doit purger sa peine conformément à la loi », affirme cette hôtesse de l'air, qui demande à ce que soient versées les indemnités ordonnées par le tribunal.

Au total, environ 125 millions d'euros d'indemnités sont attendus par plus de 7 300 victimes.

A La Une: Sénégal

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.