Guinée: Au moins deux morts à Kouroussa dans les heurts entre orpailleurs et forces de l'ordre

Au moins deux personnes, deux jeunes hommes de 20 et 23 ans, ont été tuées et des biens publics et privés détruits à Kouroussa, à 500 km de la capitale Conakry, dans l'est de la Guinée, lors de heurts entre des orpailleurs et les forces de l'ordre, samedi 17 avril. Ces heurts ont éclaté lors de protestations d'orpailleurs guinéens accusant les autorités guinéennes de les avoir dépossédés d'une mine artisanale au profit d'exploitants burkinabè.

Un communiqué des doyens de la ville diffusé sur les ondes d'une radio rurale interdisant aux orpailleurs de Kouroussa l'accès à une mine d'or serait à l'origine de ces violences.

Ce communiqué demandait aux citoyens de Kouroussa d'arrêter toute activité d'orpaillage sur ce site qui appartiendrait désormais à la société Kouroussa Gold Mining. Le message précisait que « tout contrevenant répondrait seul pour sa réticence et son hostilité ».

Se sentant donc trahis par leurs représentants, les orpailleurs artisanaux ont barricadé le centre-ville, brûlé des pneus et calcinés des véhicules. Ils ont aussi vandalisé les résidences du préfet et du maire de la ville et chassé les administrateurs locaux.

Les manifestants ont surtout dénoncé l'exploitation des sites miniers, leur seule source de revenu, par des ressortissants burkinabè sous-couvert de la Kouroussa Gold Mining.

Des émissaires du chef de l'État, dont le gouverneur de la Haute Guinée, Sadou Kéita, se sont rendus à Kouroussa pour ramener le calme dans la cité. Ce dimanche 18 avril, c'est un calme précaire qui a régné dans la localité selon plusieurs sources.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.