São Tomé and Príncipe: Vaccins Covid - Un chercheur préconise le principe de précaution pour rassurer les populations

Dakar — Le docteur Abdoulaye Kébé Dia, spécialiste en épidémiologie, santé publique et santé globale, préconise le principe de précaution dans l'administration des vaccins contre le coronavirus pour mieux, dit-il, rassurer les populations.

"Dans la campagne de vaccination de masse en cours, ça serait une erreur d'avoir une gestion purement scientifique d'une crise aussi grave. Je pense que le principe de précaution doit être de mise parce que ces vaccins sont nouveaux. Il y va non seulement de la sécurité des patients, mais surtout, il permet de rassurer les populations sur la rigueur scientifique et la transparence appliquée à la gestion de cette crise sanitaire", a-t-il notamment indiqué.

Dans un entretien avec l'APS, Dia, PHD en Sciences de la santé de Trident University (Etats-Unis), trouve "très important", dans ce contexte de vaccination de masse, "de prendre en compte la peur et les inquiétudes des populations, en vue de mieux leur expliquer et les emmener à adhérer à la stratégie globale de lutte contre la Covid-19".

"Le vaccin d'Astrazeneca a connu beaucoup d'aléas qui renforcent à juste titre le scepticisme des populations. (... ) Je crois que l'arrêt puis la reprise de l'utilisation de ce vaccin avec des ajustements sur l'âge, s'inscrit toujours dans le principe de précaution et cela renforce la confiance des populations envers la campagne de vaccination", a expliqué docteur Abdoulaye Kébé Dia, spécialiste des maladies cardiovasculaires établi aux Etats-Unis.

Il a rappelé que des informations, démenties par les autorités, ont fait état au Sénégal de cas de décès et d'autres cas graves. Dans ce contexte, estime Dia, il est conseillé d'être prudent devant la "désinformation et l'intoxication tout azimut".

Docteur Dia a par ailleurs souligné que le nouveau vaccin Jansen Covid-19 à dose unique de la firme pharmaceutique américaine de Johnson & Johnson qui "a suscité beaucoup d'espoir, connaît lui aussi le principe de précaution".

"Les centres pour le contrôle et la prévention des maladies et l'agence américaine de l'aliment et du médicament recommandent une pause après l'observation d'effets secondaires graves chez certains patients. Beaucoup de pays dont le Sénégal comptent utiliser ce vaccin qui a montré un taux d'efficacité de 66,3% pendant les essais cliniques", a-t-il dit.

"En plus d'être à dose unique, ce vaccin a surtout montré une efficacité extraordinaire dans la prévention des formes graves de Covid-19 comparé aux autres vaccins anti-Covid-19", a-t-il assuré.

Sur le cas spécifique de certaines plaintes liées au vaccin Astrazeneca, Docteur Abdoulaye Kébé Dia a soutenu qu'il "est aussi très important de noter que 20 à 40% de ceux qui développent une thrombose ont des prédispositions génétiques favorables".

"Comme, vous pouvez le constater, la chance de développer une thrombose à la suite d'un vaccin d'Astrazeneca (0,0006%) est presque nulle comparé aux autres données statistiques. En d'autres termes, il est de loin plus probable de faire une thrombose non liée au vaccin d'Astrazeneca qu'une thrombose liée à ce vaccin", a-t-il indiqué.

Selon lui, l'accumulation de données montre que ce vaccin est plus sûr pour les personnes âgées que les personnes jeunes.

"Ce qui a poussé beaucoup d'autres pays à emboiter le pas à la France et la Suède. Le vaccin est désormais réservé au plus de 60 ans en Allemagne, Italie et Espagne, au plus de 30 ans en Angleterre. Pourtant, selon une recherche, la réactogénicité était généralement plus légère et moins fréquente chez les adultes de plus de 65 ans que chez les adultes de moins de 64 ans", a-t-il poursuivi.

"J'ose penser que le Sénégal et le reste l'Afrique vont suivre l'exemple des pays qui réservent désormais le vaccin d'Astrazeneca aux personnes âgées. Ces derniers présentent moins de risque de développer une thrombose après la prise de ce vaccin", a conclu le scientifique.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.