Ile Maurice: Funérailles de Christiano, 11 ans - adieu à «notre pilier»

Il est décrit comme un fils et un frère aimant par ses proches. Comme un cousin qu'on adorait. Jean Christiano Miguel, 11 ans, décédé dans un accident de la route samedi, a marqué bien des esprits malgré son jeune âge. En plus d'être bon élève, il était enfant de chœur et membre des Scouts. Hier, ses proches et amis qui le chérissent lui ont dit un dernier au revoir.

Il avait toute la vie devant lui mais le 17 avril le destin en a décidé autrement. Jean Christiano Miguel Amadis, un jeune habitant de Batimarais âgé de 11 ans, a perdu la vie dans un accident à Colmar, Britannia, alors qu'il était à moto avec son père, Antonio Joseph Amadis. L'autopsie pratiquée par le Dr Chamane a révélé que le mineur est décédé des suites de multiples blessures. L'autre moto impliquée dans l'accident était conduite par un «greenhouse worker» de 21 ans, habitant Batimarais également. Transporté à l'hôpital de Rose-Belle, celui-ci a pu rapidement sortir alors que le père de la victime, le pied fracturé, est toujours hospitalisé. Arrêté sous une charge provisoire d'homicide involontaire, l'homme de 21 ans est détenu en cellule policière.

Les funérailles du jeune garçon ont eu lieu hier. La famille a formulé une demande exceptionnelle pour qu'Antonio Joseph Amadis puisse rendre un dernier hommage à son fils. Sous le choc, les parents du petit ne parviennent à s'exprimer pour le moment. Toutefois Meggie Amadis, la tante, très proche de Christiano, nous a confié quelques mots sur le petit garçon. «C'était un enfant qui avait un brillant avenir. Il fréquentait l'école du gouvernement de Rivière-des-Anguilles. Scout, il aimait pratiquer des activités avec ses camarades les samedis. Enfant de chœur à l'église de Sacré-Cœur de l'endroit, il ne ratait jamais les messes.»

Cette dernière parle d'une perte terrible pour les parents. Christiano était l'aîné de deux enfants «Il roquait la vie, il était toujours jovial. Quand il y avait des festivités, il chantait des ségas et battait sa ravanne, son instrument préféré et son passetemps principal.»

Elle raconte que tout le monde connaissait le petit garçon dans le village. «Malgré son âge, il était un enfant responsable qui avait de la maturité. Il tenait à sa petite sœur de cinq mois comme à la prunelle de ses yeux. Il n'hésitait à aider sa mère quand elle en avait besoin. Il pouvait même changer les couches de la petite et lui donner son biberon.»

Christiano était le seul cousin parmi huit cousines. «Vous pouvez donc imaginer combien toutes ses cousines, oncles, tantes, grand-père et grands-mères l'aimaient. Et à quel point il était gâté. Bien qu'il était petit, il était comme un pilier pour la famille. Il est une perte inestimable pour toute la famille et ceux qui le connaissaient.»

À l'école du gouvernement de Rivière-des-Anguilles, la nouvelle a été un choc. Son ancienne maîtresse nous confie que celui que tous appelaient affectueusement «Tiano» était un bon élève. «Il était très timide, arborait toujours un grand sourire avec des fossettes. Je le taquinais par rapport à ses longs cheveux mais cela ne l'agaçait jamais. Il était toujours très gentil. Je l'appelais le petit prince de la classe car les filles aimaient avoir son attention. Il me confiait des secrets sur 'son amoureuse' et je riais beaucoup. Tiano va beaucoup me manquer.»

Valerie Gangaram, responsable de 1st Savanne Scout Group de Rivière des Anguilles, nous confie que c'est en janvier que Christiano a intégré la troupe. «Bien que nous le connaissions depuis peu, nous étions très attachés à lui. Il était un enfant à l'écoute, dévoué, discipliné et présent lors des activités. Nous ne nous attendions pas à le perdre, même si nous le côtoyions depuis peu, il représente une grande perte également pour nous.»

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.